Agriculture de précision : concilier performance agricole et respect de l’environnement

Agriculture de précision : concilier performance agricole et respect de l’environnement

Les innovations et les progrès de la technologie ne font pas que transformer nos vies. Ils modifient aussi la productivité agricole. Comme le montre une étude américaine, l’agriculture de précision non seulement augmente les rendements d’une parcelle, mais elle sert également l’environnement. La durabilité de l’agriculture s’accroît.

mardi 16 mars 2021

L'essentiel en bref

  • La «precision farming» est la culture ciblée des terres agricoles à l'aide de technologies numériques.
  • Elle permet d’augmenter les rendements et d'économiser les ressources.
  • Ainsi, l’agriculture de précision contribue également à la protection de l'environnement.

C’est ce qui ressort d’une étude commandée par les producteurs américains de machines et de biens d’équipement sur les conséquences sociales de l’agriculture de précision. Le constat est sans appel: l’agriculture de précision renforce la durabilité. Aux États-Unis, elle a réduit l’apport d’engrais de 7%. La consommation d’herbicides a pu être diminuée de 9%, ce qui correspond à environ 15 millions de kilos en moins. L’agriculture de précision a aussi permis de réduire la consommation de carburants d’origine fossile de 6% (soit 500 millions de litres). En clair: l’agriculture de précision préserve aussi le climat.


La précision au service du développement durable

L’étude a été commandée par l’Association of Equipment Manufacturers. Depuis trente ans, la recherche sur l’agriculture de précision s’est concentrée sur les conséquences microéconomiques, c’est-à-dire sur les exploitations agricoles elles-mêmes. Le but de la nouvelle étude était d’éclairer la dimension sociale et, partant, la durabilité. Curt Blades, vice-président de l’association, en résume les principales constatations: «L’étude a exploré les avantages environnementaux clés obtenus grâce à l’adoption des technologies de l’agriculture de précision. Ils incluent l’amélioration des rendements grâce à une efficacité accrue, la réduction des engrais par un ciblage au millimètre, la réduction des pesticides grâce à une application plus précise, des économies de carburant grâce à la réduction des chevauchements et à un meilleur contrôle et des économies d’eau grâce à une détection plus précise des besoins.» Pour lui, la démonstration est faite: «On en conclut logiquement que l’agriculture de précision est respectueuse de l’environnement.»

L’étude, intitulée «Environmental Benefits of Precision Agriculture», a été réalisée pour le compte de l’Association des fabricants de biens d’équipement («Association of Equipment Manufacturers») et d’autres groupes de défense des milieux agricoles. Elle a fait l’objet d’un article dans le Minnesota Farm Guide online.


Le monde a besoin d’une hausse de la productivité

L’agriculture de précision est appelée à jouer un rôle important dans l’agriculture. La prochaine révolution agricole est à notre porte, prévoit une étude du cabinet McKinsey. En 2050, la planète comptera quelque dix milliards d’habitants. Cela nécessitera un énorme effort de l’agriculture, qui devra augmenter sa productivité tout en devenant plus durable. Une tâche herculéenne, à laquelle elle s’attellera à l’aide des nouvelles technologies.

Articles similaires

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État :  une proposition qui n’est ni durable, ni rentable
Savoir

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État : une proposition qui n’est ni durable, ni rentable

Une réduction des pesticides dans la culture du blé et du colza diminue sensiblement les rendements. Selon une étude parue dans la revue Recherche agronomique Suisse montre, ces pertes de récoltes ne peuvent être compensées que par des aides étatiques. Cette proposition n’est ni durable, ni rentable.

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes
Savoir

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes

L'interdépendance économique du monde s'est fortement accrue au cours des dernières années et décennies. En raison de l'activité commerciale intense entre les continents, les espèces végétales et animales invasives se propagent également de plus en plus rapidement. Cela peut entraîner de sérieux problèmes pour la végétation et l'agriculture indigènes. Selon l'OFEV, le canton du Tessin est particulièrement touché.

Les ravageurs invasifs voyagent avec nous
Savoir

Les ravageurs invasifs voyagent avec nous

Les ravageurs et les maladies végétales invasives font partie des plus grands défis pour la biodiversité et l'agriculture. Ils arrivent souvent en Suisse par le biais du trafic touristique ainsi que par l'importation de marchandises et causent d'importants dégâts aux plantes cultivées et sauvages. Depuis 2020, l'importation de plantes en provenance de pays non membres de l'UE est interdite. Les ravageurs introduits sont toutefois un problème mondial.

Le scarabée du Japon, grand voyageur, menace les plantes indigènes
Savoir

Le scarabée du Japon, grand voyageur, menace les plantes indigènes

Le scarabée du Japon a été découvert pour la première fois en Suisse en 2017 au Tessin. Il a désormais atteint le nord des Alpes. Après des découvertes à Bâle-Ville et à Soleure, une population importante de coléoptères a été trouvée pour la première fois à Kloten. Ils sont combattus à l'aide de pièges, mais aussi de produits phytosanitaires.

Autres contributions dans Savoir