«Avec le bio, on peut nourrir la population mondiale»
Savoir

«Avec le bio, on peut nourrir la population mondiale»

Pour obtenir la même quantité d’aliments, le bio a besoin d’environ 40% de plus de terres que l’agriculture conventionnelle. Si la population mondiale se convertissait au tout bio, il faudrait jusqu’à 80% de terres supplémentaires. D’immenses surfaces forestières seraient sacrifiées au profit des terres arables.

mardi 23 février 2021

En bref

  • Si l’on voulait que le tout bio devienne la règle à l’échelle de la planète, les surfaces cultivées devraient augmenter massivement.
  • Ces surfaces supplémentaires seraient gagnées au détriment des marécages, des forêts et des milieux naturels. La biodiversité serait encore plus mise sous pression. L’accroissement des surfaces cultivées n’est pas envisageable non plus du point de vue climatique.
  • Investir de l’énergie, du travail et des matières premières pour des rendements maigres, voire nuls, c’est faire une utilisation peu efficiente des ressources. Les pertes de récolte se traduisent par une diminution des revenus agricoles, une hausse des prix à la consommation et des conséquences sur l’environnement et le climat.

En 2050, la Terre comptera près de 10 milliards d’habitants. Le passage à une alimentation 100% bio nécessiterait de mobiliser jusqu’à 81% de terres en plus, comme l’a calculé l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL). Du fait d’une productivité moindre, les variations de rendement dans l’agriculture biologique se ressentent plus fortement. La stabilité des rendements de l’agriculture bio est plus faible, ce qui a des conséquences sur la sécurité alimentaire.

Fortes baisses des rendements

Si l’agriculture biologique a besoin de plus de terres, c’est parce que ses rendements sont plus bas. Greenpeace estime que les rendements de l’agriculture en Allemagne reculeraient en moyenne de 40% en cas de conversion au 100% bio. Pour le blé, qui représente la principale culture en Suisse, il faudrait s’attendre à une diminution des rendements de près de 60%. Sur mandat de l’association de branche Agrar, l’Université Humboldt de Berlin et agripol ont réalisé en 2013 une étude qui a montré que si l’Allemagne se convertissait au 100% bio dans l’agriculture, les récoltes de blé chuteraient de 12,1 millions de tonnes, soit la quantité nécessaire pour nourrir 184 millions d’êtres humains.

L'éclairage

Une production agroalimentaire durable intégrale et une alimentation saine sont des thèmes complexes qui doivent être contemplés sous différents angles. Les réalités qui dérangent n’ont toutefois souvent pas droit de cité dans le débat public. Nous révélons au grand jour ce que d’autres préfèrent garder dans l’ombre. Et mettons ainsi en lumière les conflits d’intérêt.

Articles similaires

Le premier vaccin à base de plantes contre le coronavirus
Savoir

Le premier vaccin à base de plantes contre le coronavirus

Au bout d’un an de recherche et de développement seulement, les premiers vaccins contre le Sars-Cov-2 ont reçu une autorisation de mise sur le marché. Les vaccins à ARNm sont les plus efficaces. En revanche, leur production est relativement chère et ils doivent être stockés à une température constante de -70° Celsius. Une entreprise canadienne poursuit avec succès une approche alternative: elle utilise des plantes de tabac pour produire le vaccin.

L’alimentation peut-elle être à la fois saine et durable?
Savoir

L’alimentation peut-elle être à la fois saine et durable?

Existe-t-il un menu qui puisse à la fois répondre aux besoins nutritionnels de notre organisme et qui soit durable? La réponse est oui, mais elle est plus complexe. C’est ce que révèlent des recherches menées par le portail en ligne «Heidi.news» et la «Sonntagszeitung».

Une nouvelle vie pour des terres arables inutilisables
Savoir

Une nouvelle vie pour des terres arables inutilisables

Les terres arables fertiles sont des ressources très précieuses. Il est donc essentiel que les terres arables dégénérées redeviennent fertiles. La technologie est là, mais son application nécessite des incitations économiques.

Les insectes : La source de protéines de demain ?
Savoir

Les insectes : La source de protéines de demain ?

Les insectes sont considérés depuis longtemps comme la super nourriture du futur. Ils sont riches en protéines, nécessitent moins de terres et d'eau, et ont un meilleur bilan carbone que la viande traditionnelle.

Autres contributions dans Savoir