Le bio plus fréquemment touché par les rappels de produits

Le bio plus fréquemment touché par les rappels de produits

Les produits bio sont en moyenne plus souvent retirés des rayons des magasins. En cause: les substances toxiques qui contaminent les récoltes ou qui sont dues à des moisissures. Leur contrôle dans l’agriculture bio est plus difficile qu’en production agricole conventionnelle.

mardi 13 septembre 2022

Au cours des dernières semaines, les rappels de produits bio se sont multipliés chez les distributeurs. La raison: des substances toxiques d’adventices présentes dans les récoltes avaient contaminé les produits. On peut citer par exemple les chips de maïs contaminées aux alcaloïdes tropaniques.


Produits bio rappelés plus souvent

Comme l’écrit la «Sonntagszeitung», le bio est plus souvent touché par les rappels de produits. Depuis 2020, plus de 20% des produits ayant fait l’objet d’une mise en garde de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) étaient bio. Ce taux est important lorsque l’on sait que la part de marché du bio est de 10,9%. Il pourrait même être encore plus élevé, car l’OSAV n’annonce pas toujours si le produit visé par un rappel est bio ou non.


Adventices dans les récoltes

Lors des moissons, des adventices peuvent se mêler accidentellement aux récoltes. Dans le cas des chips de maïs, des graines de Datura avaient contaminé les récoltes. Or, le Datura contient des alcaloïdes tropaniques qui, en cas d’ingestion, peuvent provoquer des nausées et des maux de tête. Comme l’utilisation de désherbants tel le glyphosate est interdite dans le bio, le risque de contamination des récoltes par des adventices toxiques est plus élevé que dans l’agriculture conventionnelle. C’est ce que confirme aussi le pionnier du bio Urs Niggli dans les colonnes de la «Sonntagszeitung»: «D’une manière générale, le risque en matière de sécurité alimentaire est plus élevé dans l’agriculture bio.» Selon le spécialiste du bio, les alcaloïdes tropaniques ne sont toutefois qu’un risque parmi d’autres.


Moyens de lutte limités contre les moisissures

En effet, les moisissures sont un autre sujet de préoccupation. Dans l’agriculture bio, il est moins facile de les contrôler, car les antifongiques autorisés ne sont pas légion. Pour lutter contre les maladies fongiques, les agriculteurs bio n’utilisent pratiquement que du cuivre. Les moisissures présentes dans les aliments sont dangereuses tant pour l’être humain que pour l’animal, car elles peuvent contenir des mycotoxines oncogènes. Tout récemment, le groupe allemand de drogueries Müller a dû rappeler une pâte à tartiner aux dattes et aux noisettes pour cette raison.


Le boom du bio, un risque supplémentaire

Selon Urs Niggli, le boom du bio pendant la crise du coronavirus pourrait aussi expliquer pourquoi tant de produits bio figurent sur la liste des produits rappelés par l’OSAV. La hausse de la demande pourrait avoir rendu difficile le contrôle des chaînes de livraison, explique-t-il.

Le boom du bio s’étant quelque peu tassé en 2022, il reste à voir si la baisse de la demande se répercutera sur le nombre de mises en garde.

Bon à savoir

Les produits phytosanitaires ne contribuent pas seulement à assurer des rendements plus élevés. Ils diminuent aussi les pertes durant la transformation, le transport et l’entreposage des récoltes, où jusqu’à 40% de la marchandise peut être perdue. L’efficience consiste à utiliser de manière optimale les ressources naturelles, techniques et économiques. Une utilisation à bon escient des produits phytosanitaires réduit la pression sur les ressources naturelles et augmente les quantités et la qualité des cultures.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité