Débat sur le génie génétique: le vent tourne

Débat sur le génie génétique: le vent tourne

La politique et l’économie accueillent de plus en plus favorablement les nouvelles méthodes de sélection, telle l’édition génomique. Cette ouverture aurait été encore inconcevable jusqu’à récemment. L’évolution des mentalités a été rendue possible grâce aux voix de la science, qui sont lentement entendues. Même des ténors des Verts ne ferment plus la porte au débat sur les nouvelles méthodes de sélection.

lundi 28 février 2022

Depuis la votation populaire de 2005, le moratoire sur le génie génétique en Suisse est élevé au rang de sacré. Il a déjà été prolongé par quatre fois. Aucune discussion sérieuse sur les nouvelles méthodes de sélection et les avancées dans la génétique végétale n’a eu lieu jusqu’à présent. Malgré les promesses des nouvelles techniques de sélection, les aliments «sans OGM» ont pendant longtemps été présentés comme un gage de qualité dans l’agriculture suisse. Pourtant, comme l’écrit la «St. Galler Tagblatt», une révolution est en marche dans la politique.


Les chances plutôt que les risques

Au lieu de se focaliser sur les risques et les dangers, la discussion s’élargit soudain aux perspectives des nouvelles méthodes de la sélection végétale. Cette évolution des mentalités est à mettre au crédit surtout des chercheuses et des chercheurs. En effet, depuis quelque temps, la science élève la voix. Et sa voix est entendue. D’un point de vue scientifique, plus rien ne justifie le maintien du moratoire sur le génie génétique. La technique des ciseaux moléculaires CRISPR/Cas9, couronnée du prix Nobel, permet d’obtenir en un temps record des plantes au rendement amélioré et résistantes aux maladies et aux parasites. Compte tenu du changement climatique, il s’agit-là d’avantages décisifs par rapport aux méthodes de sélection traditionnelles, où l’obtention d’une nouvelle variété prend beaucoup plus de temps.


Ralliement des agriculteurs

Les agriculteurs aussi sont conscients des impulsions importantes fournies par la recherche. «La recherche peut apporter une contribution importante, notamment dans le développement de plantes plus résistantes», note Markus Ritter, président de l’Union suisse des paysans dans la «St. Galler Tagblatt». Si les agriculteurs sont moins hostiles à l’édition génomiques, c’est peut-être aussi parce que le changement climatique les oblige à innover. La technologie leur offre aussi la chance d’exploiter leurs terres de manière plus durable et d’utiliser moins de produits phytosanitaires. Le PLR Christian Wasserfallen le reconnaît: «Si nous voulons réduire l’emploi des produits phytosanitaires et la consommation d’eau, nous sommes tributaires de ces nouvelles technologies.»


S’affranchir des dogmes

Jürg Grossen des Verts’libéraux voudrait aussi s’affranchir des vieux dogmes. Les deux initiatives agricoles de l’été 2021 ont fait prendre conscience à la population des difficultés auxquelles sont confrontés les agriculteurs. L’édition génomique ouvre la voie à une agriculture plus durable. Même Maya Graf (Verts), devenue célèbre pour son engagement en faveur du moratoire sur le génie génétique, laisse la porte entrouverte à un débat: «Loin de moi l’idée de vouloir me battre pour le moratoire jusqu’à mon dernier souffle», déclare la députée au Conseil des États dans le «St. Galler Tagblatt». Nul doute: l’évolution des mentalités dans la discussion sur les nouvelles méthodes de sélection est en route.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité