En attendant les abricots résistants
Actualité

En attendant les abricots résistants

En temps normal, les premiers abricots du Valais arrivent sur les étals en plein été. Cette année, il en ira différemment. Les nuits glaciales d’avril ont détruit la quasi-totalité des récoltes. Pour éviter que ce genre d’épisodes se reproduise, le centre Agroscope de Conthey travaille depuis quelques années au développement de variétés d’abricots résistantes.

mardi 14 septembre 2021

«En trente ans de métier, je n’avais jamais vu cela», s’émeut Emmanuel Chassot, arboriculteur dans le Bas-Valais, dans le «Tages-Anzeiger». Cette année, il ne récoltera pas le moindre abricot. La faute aux températures glaciales du printemps. À la fin du mois de mars, sous l’effet de températures très douces, les abricotiers se sont mis à bourgeonner. Les températures ont ensuite chuté. Dans la nuit du 6 au 7 avril, on a mesuré -8° C dans la région. La neige et un vent violent s’en mêlèrent. «Lorsque tout arrive en même temps, tu es perdu», constate M. Chassot. En une seule nuit, il a perdu toute sa récolte d’abricots. Beaucoup de ses collègues ont connu le même sort. Le Service de l’agriculture du canton a annoncé que cette année, il fallait s’attendre à ce que seuls 15% de la quantité habituelle d’abricots puissent être récoltés.


Résister aux extrêmes climatiques, aux attaques fongiques et aux ravageurs

D’autres années, les arboriculteurs valaisans ont vu leurs récoltes menacées par des ravageurs. Par exemple le Monilia, un champignon qui provoque le pourrissement des fruits. Ou la cochenille, qui est apparue il y a quelques années, et qui se manifeste par l’apparition de taches blanches sur les fruits. Le problème de la cochenille a pu être maîtrisé, a déclaré au «Tages-Anzeiger» Willy Giroud, président de la Chambre valaisanne d’agriculture. Par contre, les agriculteurs restent impuissants face aux caprices de la nature, comme le vent, la neige et le froid. Mais il existe un espoir. Le centre Agroscope de Conthey travaille depuis quelques années au développement de variétés résistantes. L’abricot recherché doit être aussi beau que bon. Il doit aussi résister aux maladies et aux extrêmes climatiques.

Bon à savoir
La fruiticulture exige de nombreuses connaissances techniques, car les cultures sont exposées à toutes sortes de maladies et ravageurs. Le Bulletin phytosanitaire Pflanzenschutzbulletin Obst Mittelland, publié par les différents centres de compétences et instituts de recherche publics en protection phytosanitaire, offre un aperçu de la complexité de la matière.

Articles similaires

La consommation de viande bio en recul
Actualité

La consommation de viande bio en recul

Les Suisses achètent toujours moins de viande labellisée. Simultanément, pour la première fois depuis longtemps, la consommation de viande est repartie à la hausse. C’est ce qui ressort d’une analyse du Schweizer Tierschutz (STS).

Afrique : 500 millions de personnes sans un accès sûr à l’eau potable
Actualité

Afrique : 500 millions de personnes sans un accès sûr à l’eau potable

Environ un tiers de la population africaine ne dispose pas d’un accès sûr à l’eau potable. Selon les Nations Unies, même les régions d’Afrique très riches en eau sont en situation d’insécurité hydrique. Les réserves considérables d’eaux souterraines ne sont guère exploitées. Dans son dernier rapport sur la mise en valeur des ressources en eau, les Nations Unies demandent d’utiliser intelligemment les eaux souterraines.

Les nouvelles méthodes de sélection ont un grand potentiel, mais elles ne peuvent pas tout
Actualité

Les nouvelles méthodes de sélection ont un grand potentiel, mais elles ne peuvent pas tout

En permettant une utilisation plus efficace des ressources, les nouvelles méthodes de sélection, comme les ciseaux moléculaires CRISPR/Cas, rendront l’agriculture plus durable. Grâce à elles, il deviendra possible de sélectionner des cultures capables de résister au réchauffement climatique et aux attaques des parasites. Les produits phytosanitaires resteront cependant nécessaires, mais à des doses de plus en plus faibles.

De longues périodes de sécheresse menacent l’approvisionnement alimentaire
Actualité

De longues périodes de sécheresse menacent l’approvisionnement alimentaire

La sécheresse 2018-2020 fut la pire des 250 dernières années, écrivent des chercheurs du Centre Helmhotz en recherches environnementales. En raison du changement climatique, les futures périodes de sécheresse pourraient durer jusqu’à vingt ans. Cela aura de profondes répercussions sur l’agriculture et l’approvisionnement alimentaire. Une menace à laquelle certains pays, dont la Suisse, ne sont pas encore suffisamment préparés.

Autres contributions dans Actualité