L'UE ouvre la voie pour les ciseaux génétiques

L'UE ouvre la voie pour les ciseaux génétiques

L'Union européenne prévoit de réglementer les plantes obtenues par édition du génome de la même manière que les méthodes de sélection traditionnelles. La Commission européenne prévoit de présenter une proposition correspondante pour réglementer les nouvelles techniques de sélection début juillet. Ainsi, l'UE franchit une étape importante vers une agriculture plus productive et durable. La Suisse devrait également réévaluer les plantes obtenues par édition du génome afin de ne pas être laissée pour compte.

mercredi 21 juin 2023

Jusqu'à présent, les plantes obtenues à l'aide de nouvelles techniques de sélection (édition du génome) étaient soumises aux mêmes règles que les organismes génétiquement modifiés (OGM) dans l'UE. À l'exception de quelques cas, elles étaient interdites depuis une décision de principe de la Cour de justice de l'Union européenne en 2018. Selon le journal "Frankfurter Allgemeine Zeitung", cela devrait maintenant changer. Un projet de loi révèle que la Commission européenne souhaite appliquer à l'avenir les mêmes procédures d'autorisation aux plantes obtenues par édition du génome qu'aux méthodes de sélection traditionnelles. Les ciseaux génétiques CRISPR/Cas accélèrent la création de nouvelles variétés végétales, mais les mêmes résultats peuvent être obtenus par sélection classique, bien que cela prenne beaucoup plus de temps. Par conséquent, l'UE ne souhaite plus faire de distinction entre les méthodes de sélection traditionnelles et l'édition du génome.


"Mettre le turbo"

Les ciseaux génétiques CRISPR/Cas permettent d'accélérer la création de variétés végétales plus robustes et adaptées au changement climatique. Elles peuvent mieux résister aux facteurs de stress tels que la chaleur et la sécheresse. La capacité de stockage des récoltes peut également être améliorée. Comme le souligne Matthias Berninger de Bayer dans le "Frankfurter Allgemeine Zeitung", il est urgent d'accélérer la création de nouvelles variétés : "Nous devons mettre le turbo si nous voulons suivre le rythme du changement climatique galopant." Et il ajoute : "Qui prendra la responsabilité des risques pour la sécurité alimentaire si nous laissons inutilisé le potentiel de cette nouvelle technologie ?"


La Suisse risque d'être laissée pour compte

La Suisse devrait également mettre le turbo. Le Conseil fédéral a pour mission de présenter d'ici mi-2024 un projet de loi réglementant les plantes obtenues par édition du génome. En Suisse, les plantes obtenues par de nouvelles techniques de sélection sont toujours soumises au moratoire sur les OGM en vigueur depuis 2005. Le Conseil fédéral a maintenant la possibilité de réglementer de manière basée sur les risques les plantes qui ne diffèrent pas des méthodes de sélection traditionnelles et qui ne contiennent pas de matériel génétique étranger, et de les exempter du moratoire. Si la Suisse ne change rien, elle risque d'être laissée pour compte par l'UE et le reste

Articles similaires

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre
Actualité

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre

Les cultivateurs de pommes de terre en Suisse tirent la sonnette d'alarme. En raison de l'abondance des pluies, le mildiou de la pomme de terre se propage et détruit leur récolte. On parle de situations désastreuses ou d'une « année fatidique » pour les pommes de terre suisses. Déjà 300 ha de champs de pommes de terre ont dû être abandonnés - d'autres pourraient suivre. Entre-temps, la Confédération a elle aussi tiré les premières conséquences.

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»
Actualité

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»

Aux Philippines, Greenpeace a obtenu l'interdiction des aubergines Bt et du Golden Rice. Incroyable : la même bactérie que l'organisation environnementale diffame là-bas comme étant dangereuse est vantée comme étant bio en Suisse.

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»
Actualité

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»

L'interdiction du Golden Rice continue de faire des vagues. De plus en plus de scientifiques s'expriment et dénoncent cette décision. Ils vont de "alarmant" à "catastrophe" en passant par "des enfants qui meurent".

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire
Actualité

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire

Le 22 mai 2024, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de révision du droit des brevets. Il est prévu de créer une nouvelle chambre de compensation afin d'améliorer la transparence des brevets dans le domaine de la sélection végétale. Si la transparence est en principe positive, l'approche choisie est problématique. Au lieu d'imposer des obligations aux bénéficiaires, elle impose de nouvelles obligations aux innovateurs et signifie que la Suisse fait cavalier seul. C'est un mauvais signal pour les entreprises innovantes.

Autres contributions dans Actualité