Alimentation animale et lutte contre le réchauffement climatique

Alimentation animale et lutte contre le réchauffement climatique

Le méthane produit par les animaux de rente contribue pour beaucoup au réchauffement climatique. L’entreprise DSM vient de commercialiser un additif qui réduit sensiblement la production de méthane chez les ruminants. Une cuillère à thé par vache permet d’obtenir une diminution des émissions de méthane allant jusqu’à 90%. Cet additif alimentaire est produit par une entreprise valaisanne.

mardi 22 mars 2022

Environ 40% des émissions de méthane dans le monde sont imputables à l’agriculture. L’élevage surtout produit d’énormes quantités de méthane. Les émissions de gaz intestinaux, des ruminants par exemple, sont très mauvaises pour le climat. Comme le relate le «Walliser Bote», l’entreprise néerlandaise Royal DSM a développé un additif alimentaire innovant qui réduit les émissions de méthane de 30% chez les vaches laitières et de 90% chez les bovins de boucherie. Commercialisé sous le nom de Bovaer, le composé 3-nitrooxypropanol (3-NOP) s’apprête à conquérir le marché. Sa production a été confiée à l’entreprise «Valsynthese» de Gamsen en Valais.


Un produit efficace pour réduire les émissions de méthane

Le Bovaer est déjà autorisé dans de nombreux pays, dont le Brésil, le Chili et, depuis mars 2022, les pays de l’UE. Son homologation en Suisse est pour bientôt. Les résultats, publiés en novembre 2021, d’une étude scientifique commandée par l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa) se sont avérés tout à fait concluants. L’étude a confirmé que le Bovaer permet de réduire efficacement les émissions de méthane chez les vaches laitières. Selon l’Efsa, l’additif alimentaire, dans les doses maximales recommandées, ne présente aucun danger pour la santé des ruminants et les consommatrices et consommateurs.


Un produit sans danger pour l’être humain et les animaux de rente

Les autorités suisses parviennent aux mêmes conclusions. Dans le Walliser Bote, Michael Schmidhalter du Centre agricole de Viège déclare: «Si les mesures de précaution sont respectées, l’utilisation de cet additif alimentaire est sans danger pour l’être humain et les bêtes.» Le rendement des vaches laitières n’est pas affecté non plus. Les études disponibles sont très prometteuses. La plus grande difficulté réside dans l’utilisation du Bovaer par les agriculteurs eux-mêmes. Pour eux, ce produit représente des coûts et une étape de travail supplémentaires. Selon M. Schmidhalter, les politiques devraient réfléchir à des systèmes d’incitation.


Augmentation de la consommation de viande dans le monde

Malgré ces bonnes nouvelles, le Bovaer ne permettra pas de résoudre à lui tout seul le problème des émissions de méthane dans l’agriculture. D’ici à 2050, la consommation de viande devrait doubler sous l’effet notamment aussi de la progression démographique. C’est pourquoi la mesure la plus efficace reste encore une alimentation pauvre en viande, comme le préconise par exemple la Commission EAT-Lancet. Son «régime alimentaire planétaire» comprend une augmentation de la consommation de fruits, de légumes et d’oléagineux et une diminution de la consommation de viande. Mais ne nous leurrons pas: «De plus en plus d’Européens font le choix de renoncer à la viande. Toutefois, leur proportion n’est rien en regard d’une population mondiale qui aimerait pouvoir en manger. Pour cette raison, la consommation de viande continuera d’augmenter pendant encore de nombreuses années», souligne le directeur général de Bayer, Werner Baumann, dans un entretien avec la «NZZ».

Outre les changements de régime alimentaire et les protéines alternatives vers lesquelles décident de se tourner certains, les innovations techniques sont appelées à jouer un rôle central, y compris sous l’angle de la durabilité des élevages. Dans le même entretien, Werner Baumann conclut: «L’actualité nous montre l’importance de l’agriculture pour prévenir les crises alimentaires. À l’avenir, la capacité d’innovation sera essentielle pour nourrir jusqu’à 10 milliards d’êtres humains de manière durable.»

Sources

Walliser Bote, 18 mars 2022 (version imprimée seulement)

scienceindustries: Le progrès scientifique réduit les émissions de méthane

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité