«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»

Aux Philippines, Greenpeace a obtenu l'interdiction des aubergines Bt et du Golden Rice. Incroyable : la même bactérie que l'organisation environnementale diffame là-bas comme étant dangereuse est vantée comme étant bio en Suisse.

jeudi 20 juin 2024

L'interdiction par la Cour suprême des Philippines de la culture de plantes génétiquement modifiées comme le Golden Rice et l'aubergine Bt (Bacillus thuringiensis) a fait des vagues. Cette décision a suscité des critiques, notamment de la part du gouvernement et des milieux scientifiques. Après tout, le Golden Rice permet de sauver la vie et la vue de milliers d'enfants et de lutter contre la malnutrition si importante. Le Golden Rice n'a jamais été cultivé dans un but lucratif, est cité Adrian Dubock, membre du Golden Rice Humanitarian Board, dans le «Guardian».

L'interdiction des aubergines Bt, obtenue par une action en justice de Greenpeace, fait d'autant plus réagir quand on considère la fonction de Bacillus thuringiensis. Il s'agit en effet d'une précieuse bactérie du sol qui est utilisée depuis plusieurs décennies pour lutter contre différentes larves d'insectes et de coléoptères. La bactérie produit ainsi des protéines dites Bt, qui sont toxiques pour certains insectes nuisibles. La plante se protège ainsi elle-même contre les ravageurs. La technique est précise - seuls les parasites qui s'attaquent directement à la plante sont combattus.

Les agriculteurs des pays en voie de développement, comme le Bangladesh par exemple, utilisent l'aubergine Bt. Ils doivent ainsi utiliser moins de produits phytosanitaires et peuvent protéger leurs récoltes. Aux Philippines au moins, c'est désormais de l'histoire ancienne.

Ici, Bacillus thuringiensis combat le doryphore

Difficile à croire : ce que Greenpeace et d'autres combattent avec tant d'acharnement a même reçu l'auréole bio dans notre pays : Bacillus thurigiensis est en effet la substance active d'un biocontrol recommandé par l'Institut de recherche de l'agriculture biologique (FibL) pour lutter contre le fameux doryphore.

Tristement célèbre parce qu'il n'y a pas si longtemps, des armées entières d'enfants devaient arracher péniblement à la main ces insectes rampants des plants de pommes de terre et des solanacées. De nombreuses personnes âgées se souviennent encore de ce travail d'enfant.

Le FibL vante la substance active contre le doryphore comme étant «sélective et non dangereuse pour les abeilles». La substance active figure même sur la «liste des substances auxiliaires» du FibL pour 2024 et est autorisée pour les pommes de terre, les aubergines et de nombreuses autres cultures.

Et les autorités cantonales utilisent le Bt comme larvicide contre les moustiques tigres invasifs et gênants. nau écrit à ce sujet : «L'insecticide biologique utilisé à base de B.t.i. agit spécifiquement contre les larves de moustiques et ne présente aucun risque pour les autres espèces d'insectes, les humains ou l'environnement».

Ce qui est vanté ici serait utilisé à l'autre bout du monde et serait dangereux ? Le profane s'étonne et le spécialiste s'interroge. Il est grand temps que Greenpeace change d'avis.

Veuillez noter :

Notre équipe éditoriale n'est pas de langue maternelle française. Bien que nous accordons une grande importance à une communication claire et sans faille, parfois nous devons privilégier la rapidité à la perfection. Pour cette raison, ce texte a été traduit à la machine.

Nous nous excusons pour toute erreur de style ou d'orthographe.

Articles similaires

Des cultures d’aubergines saines grâce à Bacillus thuringiensis
Recherche

Des cultures d’aubergines saines grâce à Bacillus thuringiensis

La recherche industrielle fonde de grands espoirs sur les Biologicals pour aider les plantes à développer leurs propres résistances. Si la bactérie Bacillus thuringiensis, par exemple, est insérée dans une plante, celle-ci devient capable de se défendre contre des nuisibles.

La science s'oppose à l'interdiction des cultures OGM
Actualité

La science s'oppose à l'interdiction des cultures OGM

La Cour suprême des Philippines veut stopper la culture de plantes génétiquement modifiées comme le Golden Rice et l'aubergine Bt (Bacillus thuringiensis). Cette décision est loin de faire l'unanimité auprès du gouvernement et des scientifiques : L'interdiction pourrait mettre en péril la sécurité alimentaire du pays.

De faux récits contre le génie génétique
Nouvelles techniques de sélection végétale

De faux récits contre le génie génétique

Pour dénigrer le génie génétique vert, des récits qui ne résistent pas à un examen plus approfondi apparaissent régulièrement dans le débat public. L'objectif est à chaque fois politique. Depuis peu, ces fausses affirmations visent à empêcher que la réglementation des nouvelles méthodes de sélection comme Crispr Cas ne soit favorable à la technologie.

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre
Actualité

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre

Les cultivateurs de pommes de terre en Suisse tirent la sonnette d'alarme. En raison de l'abondance des pluies, le mildiou de la pomme de terre se propage et détruit leur récolte. On parle de situations désastreuses ou d'une « année fatidique » pour les pommes de terre suisses. Déjà 300 ha de champs de pommes de terre ont dû être abandonnés - d'autres pourraient suivre. Entre-temps, la Confédération a elle aussi tiré les premières conséquences.

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»
Actualité

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»

L'interdiction du Golden Rice continue de faire des vagues. De plus en plus de scientifiques s'expriment et dénoncent cette décision. Ils vont de "alarmant" à "catastrophe" en passant par "des enfants qui meurent".

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire
Actualité

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire

Le 22 mai 2024, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de révision du droit des brevets. Il est prévu de créer une nouvelle chambre de compensation afin d'améliorer la transparence des brevets dans le domaine de la sélection végétale. Si la transparence est en principe positive, l'approche choisie est problématique. Au lieu d'imposer des obligations aux bénéficiaires, elle impose de nouvelles obligations aux innovateurs et signifie que la Suisse fait cavalier seul. C'est un mauvais signal pour les entreprises innovantes.

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D
Actualité

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D

Les méthodes modernes de sélection peuvent contribuer à améliorer la santé. C'est pourquoi Bayer souhaite utiliser l'édition du génome pour produire des légumes plus nutritifs. En collaboration avec l'entreprise de biotechnologie sud-coréenne G+FLAS, des variétés de tomates enrichies en vitamine D3 vont être développées. La carence en vitamine D est très répandue et peut entraîner des problèmes de santé tels que le rachitisme ou l'ostéoporose.

Autres contributions dans Actualité