Les insectes : La source de protéines de demain ?
Savoir

Les insectes : La source de protéines de demain ?

Les insectes sont considérés depuis longtemps comme la super nourriture du futur. Ils sont riches en protéines, nécessitent moins de terres et d'eau, et ont un meilleur bilan carbone que la viande traditionnelle. Si l'humanité veut nourrir sainement dix milliards de personnes d'ici 2050 tout en protégeant la planète, elle aura besoin de sources de protéines alternatives. Les vers de farine ou les coléoptères pourraient bientôt faire partie de nos menus. Mais les aliments à base d'insectes rencontrent des difficultés de démarrage dans notre pays.

dimanche 9 janvier 2022

L'essentiel en bref

  • Pour pouvoir nourrir dix milliards de personnes de manière durable au cours de ce siècle, nous avons besoin de sources de protéines alternatives.
  • Une possibilité est d'élever des insectes comme des sauterelles, des vers ou des coléoptères.
  • Ils contiennent beaucoup de protéines et nécessitent en même temps moins de terres et d'eau. Leur bilan carbone est également meilleur que celui de la viande animale habituelle. La demande en insectes est toutefois encore faible dans notre pays.

"Pour nourrir 9 milliards de personnes, le monde comestible doit être repensé", écrit "The Economist". Le problème de ce siècle est de produire suffisamment d'aliments sains pour une population mondiale croissante. Mais en raison du changement climatique et de la pression déjà importante exercée sur les écosystèmes, il faut obtenir plus de rendement sur une surface identique. Les sols fertiles deviennent de plus en plus rares. Les alternatives de culture peu encombrantes font l'objet de discussions animées. Outre la production de microalgues ou d'algues marines, l'élevage d'insectes en fait également partie.

L'émission Terra X de la "ZDF" s'est penchée sur les insectes en tant qu'aliments du futur - et les a dégustés eux-mêmes. (Vidéo : ZDF)

Les insectes sont déjà au menu dans de nombreuses régions

Cela peut paraître inhabituel, surtout pour les Européens. Pourtant, les insectes font déjà partie du régime alimentaire de deux milliards de personnes, selon les estimations, comme par exemple dans la cuisine mexicaine, thaïlandaise ou sud-africaine. Et il y a de bonnes raisons de manger plus de vers, de sauterelles ou de scarabées dans les hémisphères nord. Les insectes transforment les ressources qui leur sont fournies, comme les nutriments et l'eau, en protéines de manière bien plus efficace que les autres animaux consommés par l'homme. Certains insectes contiennent plus de protéines que les œufs ou la viande. L'élevage d'insectes nécessite beaucoup moins de terres et d'eau - ce qui améliore considérablement le bilan carbone par rapport aux bovins, aux porcs ou aux poulets. En tant que nourriture, les déchets alimentaires peuvent être utilisés, ce qui réduit le gaspillage alimentaire.


Convient également pour l'élevage

L'alimentation des animaux avec des aliments à base d'insectes pourrait être un peu moins ambitieuse, mais néanmoins utile pour la protection du climat. L'utilisation d'aliments pour animaux gourmands en terres, comme le soja, a un impact bien plus important sur le climat. De plus, les aliments pour animaux comme le soja entrent en concurrence avec l'alimentation humaine. Cela n'a guère de sens compte tenu de la croissance démographique et de la raréfaction des ressources terrestres. Il en va de même pour la pisciculture. Aujourd'hui, près de 20 pour cent des poissons pêchés à l'état sauvage sont transformés en farine de poisson et utilisés comme nourriture dans l'élevage de poissons. Ici aussi, les aliments à base d'insectes pourraient constituer une option bien plus durable.


Encore peu demandé par les consommateurs

Mais le chemin risque d'être encore semé d'embûches jusqu'à ce que les insectes s'imposent chez nous auprès des consommateurs en tant que snacks ou substituts de viande. Comme le rapporte la "Sonntagszeitung", Migros a retiré de son assortiment ses vers de farine, grillons et sauterelles séchés en novembre 2021, après environ trois ans. Les insectes comestibles vendus sous la marque "Mi-Bugs" ont fait un flop. "Le potentiel des insectes est plutôt bas. Les insectes n'ont pas encore vraiment leur place dans l'assiette suisse", explique un porte-parole du géant orange au "Sonntagszeitung". Après l'autorisation des insectes en 2017, les ventes ont atteint leur apogée en 2019. Avec 420 000 francs par an, il reste toutefois à un niveau modeste. En 2020, les recettes se sont ensuite effondrées d'un tiers. Il est probable que de nombreuses personnes ont goûté aux snacks aux insectes par curiosité. Mais le dégoût des insectes continue de susciter une attitude de rejet. Ils sont toujours considérés comme de la vermine.

Par ailleurs, les fournisseurs de produits carnés alternatifs doivent également faire face à des coûts plus élevés. Les deux entreprises Oatly et Beyond Meat doivent payer des prix nettement plus élevés pour le lait d'avoine ou l'huile de colza. Cela pèse sur la marge bénéficiaire et la concurrence naissante fait pression sur les prix élevés à la consommation : En juin 2021, le lait d'avoine était encore plus de deux fois plus cher que le lait de vache, et en novembre 2021, Coop a baissé les prix du lait d'avoine. La concurrence dans le segment végétalien continue de s'intensifier. De grands groupes comme Nestlé et Unilever se sont également lancés dans le commerce des alternatives végétales à la viande - Nestlé propose par exemple un lait végétal à base de pois ou encore une alternative végétalienne au thon.


Le prix est décisif

Le prix sera déterminant pour que les produits puissent s'établir sur le marché. Pour les consommateurs, il reste l'un des facteurs les plus importants dans la décision d'achat. Bien que les produits purement végétaux soient mieux accueillis par les consommateurs, les représentants des aliments à base d'insectes considèrent que leurs produits ont un avantage sur les sources de protéines végétales. Ils pourraient être mieux absorbés par le corps humain. Le groupe cible des snacks aux insectes était cependant dès le départ les personnes qui, pour des raisons écologiques, préfèrent également de plus en plus les aliments végétaux. Les personnes exclusivement végétaliennes ne sont toujours pas intéressantes pour les détaillants. Ils ne représentent même pas un pour cent de la population.

Articles similaires

Le premier vaccin à base de plantes contre le coronavirus
Savoir

Le premier vaccin à base de plantes contre le coronavirus

Au bout d’un an de recherche et de développement seulement, les premiers vaccins contre le Sars-Cov-2 ont reçu une autorisation de mise sur le marché. Les vaccins à ARNm sont les plus efficaces. En revanche, leur production est relativement chère et ils doivent être stockés à une température constante de -70° Celsius. Une entreprise canadienne poursuit avec succès une approche alternative: elle utilise des plantes de tabac pour produire le vaccin.

L’alimentation peut-elle être à la fois saine et durable?
Savoir

L’alimentation peut-elle être à la fois saine et durable?

Existe-t-il un menu qui puisse à la fois répondre aux besoins nutritionnels de notre organisme et qui soit durable? La réponse est oui, mais elle est plus complexe. C’est ce que révèlent des recherches menées par le portail en ligne «Heidi.news» et la «Sonntagszeitung».

Une nouvelle vie pour des terres arables inutilisables
Savoir

Une nouvelle vie pour des terres arables inutilisables

Les terres arables fertiles sont des ressources très précieuses. Il est donc essentiel que les terres arables dégénérées redeviennent fertiles. La technologie est là, mais son application nécessite des incitations économiques.

Les légumes protègent les fruits et réciproquement
Savoir

Les légumes protègent les fruits et réciproquement

Les emballages en plastique dans le commerce alimentaire protègent les fruits et légumes contre la détérioration, mais engendrent dans le même temps d’importantes quantités de déchets. Avec l’Empa, Lidl Suisse a développé une couche de protection pour les fruits et légumes à base de matières premières renouvelables.

Autres contributions dans Savoir