«L’avenir est dans l’agriculture de précision»
Savoir

«L’avenir est dans l’agriculture de précision»

Camilla Corsi, Head of Crop Protection Research auprès de Syngenta, dirige une équipe globale de plus de 700 scientifiques. Sur le «Green Sofa» – qui, pour cet épisode de la série d’entretiens de Syngenta, a été placé dans la serre du centre de recherche et développement de Stein –, elle nous parle des possibilités offertes par la science moderne à la santé des végétaux, mais aussi de sa relation particulière à l’agriculture et aux aliments de sa Toscane natale.

jeudi 3 juin 2021

L'essentiel en bref

  • Le développement de nouveaux produits phytosanitaires est un défi majeur dans le contexte du changement climatique.
  • Grâce à l’intelligence artificielle, il serait bientôt possible de trouver de nouvelles molécules adaptées en un temps record.
  • Selon Camilla Corsi, Head of Crop Protection Research chez Syngenta, une plus grande précision est la clé d’une agriculture plus durable.

L’agriculture dans son ensemble a pour but de protéger les plantes utiles contre les maladies fongiques, les insectes nuisibles et les mauvaises herbes, permettant ainsi aux agriculteurs de produire des aliments sains en quantités suffisantes. Le développement de nouveaux principes actifs acquiert une importance déterminante. «Nous recherchons et développons les technologies du futur», déclare Camilla Corsi, «et poursuivons une approche à 360 degrés». Les produits phytosanitaires récemment développés peuvent être d’origine synthétique ou biologique.


Utilisation de principes actifs synthétiques et biologiques

A la question de la présentatrice Christa Rigozzi sur la possibilité de n’utiliser que des produits naturels, Camilla Corsi répond: «Nous avons besoin des deux.» D’après elle, les produits d’origine naturelle sont souvent moins stables que les produits synthétiques: «Le nombre de substances actives biologiques pouvant remplacer les produits synthétiques est restreint.»

«L’avenir est à l’agriculture de précision et à l’utilisation de drones et de robots», dit Camila Corsi, cheffe de la recherche en protection des plantes auprès de Syngenta. (Vidéo: Syngenta)

Synthétiques ou biologiques, les produits phytosanitaires sont soumis à la même règle: la durabilité doit être garantie. «Très tôt dans le processus de recherche, nous choisissons les molécules qui serviront à développer de nouvelles substances actives», souligne Camilla Corsi. Ces molécules doivent être sûres, aussi bien pour les individus et l’environnement que pour les insectes utiles comme les abeilles. Le produit final doit être efficace en quantité minimale; il doit en outre être biodégradable et ne pas laisser de résidus nocifs.


Utilisation de l’intelligence artificielle

S’agissant du développement de nouveaux produits phytosanitaires, les défis sont sérieux. Et cela a des conséquences: «Syngenta investit chaque année 1,3 milliard de dollars dans la recherche et le développement de nouvelles technologies pour la protection des végétaux et des semences», explique Camilla Corsi. Le processus de développement doit toujours intégrer les méthodes les plus modernes, ce qui inclut désormais également le numérique. C’est pourquoi Syngenta a depuis peu conclu une collaboration avec Insilico Medicine, une entreprise qui utilise l’intelligence artificielle et le Deep Learning pour le développement, la synthèse et la validation de nouveaux principes actifs pharmaceutiques. Les premiers succès sont encourageants. Insilico Medicine a pu développer en seulement 46 jours une molécule nouvelle dans un but moléculaire connu – un processus qui prend d’habitude plusieurs années. «C’est un résultat exceptionnel, que nous souhaitons également pour l’agriculture», poursuit Camilla Corsi. Cela n’est pas exclu, car les recherches pharmaceutique et agrochimique sont apparentées.

Grandes tendances: Pénurie de ressources

L’agriculture de demain

C’est également la voie vers l’agriculture du futur. «Il s’agira d’une agriculture de précision», affirme Camilla Corsi, «qui pourra fonctionner avec un minimum de produits phytosanitaires, de fertilisants et d’eau». Il sera fait usage de nouvelles variétés de plantes, plus résistantes aux conséquences du changement climatique. «Et nous allons utiliser des drones et des robots afin d’assister les paysans et leur permettre de produire de manière plus durable».

A propos de «Green Sofa»
Le canapé vert est l’accessoire principal d’une nouvelle série d’entretiens de Syngenta portant sur notre alimentation, l’agriculture moderne et le rôle de la protection des plantes dans notre vie quotidienne. Chaque épisode est présenté par Christa Rigozzi et accueille une grande variété d’hôtes des différentes régions de Suisse. Les invités ont cependant une chose en commun: dans leurs domaines respectifs, ce sont tous des experts qui ont à cœur la qualité de nos aliments et la protection de nos plantes.

Les épisodes sont complétés par des séquences donnant un aperçu du domaine d’activité de chaque intervenant, du vignoble à la cuisine de restaurant en passant par le laboratoire de recherche. Le canapé vert sert ainsi de lien entre les différents éléments et met en avant les interdépendances que nous avons, trop souvent, tendance à considérer comme allant de soi.

Articles similaires

L’économie circulaire dans la production des denrées alimentaires
Savoir

L’économie circulaire dans la production des denrées alimentaires

Réutiliser au lieu de jeter : dans de nombreuses branches économiques, l’économie circulaire prend de l’ampleur. La production agricole aussi devra s’organiser selon ces principes. Cela vaut en particulier pour l’utilisation du sol, la fabrication d’engrais et la production fourragère.

Comment nous restaurerons les terres agricoles
Savoir

Comment nous restaurerons les terres agricoles

De l’agriculture dépendra que les générations futures aient de quoi se nourrir. Il appartient aux agriculteurs de tout mettre en œuvre pour la production des denrées alimentaires.

Révolution à la ferme
Savoir

Révolution à la ferme

La méthode CRISPR/Cas va révolutionner des pans entiers de la sélection végétale. Elle est plus que bienvenue pour relever les défis qui attendent l’agriculture au cours de ce siècle et qui menacent la sécurité de l’approvisionnement.

Brevets : la Suisse fait la course en tête
Savoir

Brevets : la Suisse fait la course en tête

Le nombre de demandes de brevets est un indicateur important de la capacité d’innovation d’un pays. Aucun autre pays que la Suisse ne compte autant de demandes de brevets par habitant. Aujourd’hui comme demain, la Suisse devrait continuer de prendre soin de son cadre favorable à la recherche.

Autres contributions dans Savoir