L’édition génomique aussi dans la sélection animale

L’édition génomique aussi dans la sélection animale

Plus de 800 experts en sciences animales étaient présents à Davos lors du dernier congrès annuel de la Fédération européenne des sciences animales (EAAP) pour discuter des défis et des solutions dans l’élevage et la garde d’animaux. Un constat s’est imposé: l’édition génomique y joue, ici aussi, un rôle de plus en plus important.

mercredi 15 septembre 2021

Le spécialiste américain Jack H. Britt est ainsi convaincu qu’une amélioration de la génétique et une augmentation de l’efficience alimentaire peuvent avoir une influence bénéfique sur le réchauffement climatique. La génétique des vaches laitières évolue. C’est aussi le constat du professeur Britt. Il est juste de recourir à la génomique pour sélectionner les jeunes animaux. «Nous travaillons aussi dans l’édition génomique, mais non dans la technique génétique», précise M. Britt. Cette méthode de sélection est importante pour garantir la sécurité alimentaire. La vache de demain sera en meilleure santé, elle sera plus fertile et portera moins atteinte à l’environnement.


Rôle important de l'épigénétique

M. Britt aborde le sujet de l’épigénétique. Il estime qu’elle joue un rôle majeur et qu’elle devrait bénéficier d’une attention accrue dans le futur. L’épigénétique est une nouvelle discipline dans la génétique. Elle correspond à l’étude des propriétés des gènes qui se manifestent non pas à travers l’ADN lui-même, mais à travers l’expression de celui-ci. M. Britt a présenté les effets épigéniques résultant du stress thermique sur les vaches et leurs descendants. Des études révèlent ainsi que les génisses nées de vaches exposées à un stress thermique produisent moins de lait que celles nées de vaches rafraîchies. Cet effet a même pu être démontré sur la troisième génération. «Nous ne faisons que commencer à comprendre ces effets épigénétiques», déclare M. Britt. Il suppose que l’épigénétique a une plus grande influence sur les caractéristiques des animaux que la génétique elle-même.

Les cultures fourragères sont un autre thème soulevé par M. Britt. Les plantes qui ont été modifiées par édition génomique ont des rendements beaucoup plus élevés. La simple suppression d’un gène permet à la plante de mieux capter la lumière du soleil et, ainsi, d’accroître son rendement de 20%.

Articles similaires

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?
Actualité

Pourquoi la confiance dans la science est-elle si importante ?

Il est essentiel que la société ait confiance en la science. C'est la seule façon pour elle d'exploiter son potentiel maximal et de relever des défis sociaux tels que le changement climatique ou une pandémie. Mais il y a aussi des voix critiques : Une partie de la population suisse a peu ou pas confiance en la science. Quatre experts ont débattu de la manière dont la recherche peut gagner la confiance des gens lors d'une table ronde «NZZ Live».

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Autres contributions dans Actualité