La Grande-Bretagne veut assouplir la réglementation sur les cultures OGM

La Grande-Bretagne veut assouplir la réglementation sur les cultures OGM

Le gouvernement britannique planche sur un projet de libéralisation des biotechnologies. Il prévoit d’autoriser la culture et la commercialisation des plantes OGM. Le projet profitera en particulier à l’édition génomique, qui ne devrait plus être soumise aux sévères règles actuellement en vigueur.

mercredi 15 septembre 2021

Grâce à ce projet de libéralisation, la Grande-Bretagne entend jouer en Europe un rôle de premier plan dans le domaine des biotechnologies, rapporte l’hebdomadaire «Spiegel». L’industrie pourra cultiver et commercialiser plus facilement les plantes modifiées à l’aide des ciseaux moléculaires CRISPR/Cas9. Cette technique permet de modifier le génome avec une précision inégalée. Dans de nombreux cas, il n’est plus possible de distinguer les mutations induites des mutations naturelles. «Nous n’avons aucune raison de penser que ces plantes présentent un risque plus élevé que celles qui sont obtenues par sélection traditionnelle», déclare Angela Karp, chercheuse et directrice de Rothamsted Research, le plus grand institut de recherche agricole de Grande-Bretagne.


Espoir pour la recherche

La nouvelle réglementation fera disparaître les demandes d’autorisation détaillées et facilitera les expérimentations en plein champ ainsi que l’exploitation commerciale des cultures OGM. Dans l’UE, par contre, des directives très strictes continuent de s’appliquer. Selon un arrêt de 2018 de la Cour de justice de l’Union européenne, les plantes issues des nouvelles techniques de mutagénèse restent soumises aux obligations prévues par la directive sur les OGM. Les plantes sélectionnées à l’aide des ciseaux moléculaires sont considérées comme des OGM. Pour la communauté scientifique de Grande-Bretagne, l’assouplissement annoncé est une bonne nouvelle. Les spécialistes en biotechnologie en attendent des impulsions dans les travaux de recherche visant à obtenir des variétés végétales plus résistantes, par exemple à la chaleur ou aux ravageurs. Compte tenu du changement climatique, il est urgent de pouvoir sélectionner efficacement de nouvelles variétés.

On le voit: un pays peut aller seul de l’avant et offrir un environnement attrayant à ses chercheurs. La Suisse pourrait s’en inspirer.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité