L'agriculture entre science et marketing

L'agriculture entre science et marketing

Eco Spezial de l'ORF se penche sur la question du fonctionnement de la sélection végétale et du génie génétique. On y parle clairement : Chaque culture est une intervention sur les gènes. Qu'il s'agisse de maïs ou de carottes, depuis que l'homme cultive, il modifie l'ADN de ses semences afin d'obtenir des plantes aux propriétés toujours meilleures. Et dans les produits annoncés comme "sans OGM", il y a depuis longtemps du génie génétique - même dans les produits bio.

mardi 6 février 2024

Nulle part en Europe, l'attitude négative vis-à-vis du génie génétique n'est aussi importante qu'en Autriche. Le scepticisme à l'égard de la science est également très prononcé en Autriche. Selon un sondage Eurobaromètre réalisé en 2021, seuls 57 % de la population déclarent que la science a un impact positif sur notre vie. En conséquence, l'ORF s'attaque aux récits largement répandus, mais erronés, des opposants au génie génétique.


Une vérité désagréable pour tous ceux qui rejettent le génie génétique

Ce que les consommateurs ignorent généralement, c'est que même les produits annoncés comme "sans OGM" contiennent des OGM depuis des décennies. Et ce, même dans les produits bio. En effet, la mutagenèse par irradiation ou par mutation chimique est considérée comme du "génie génétique légalement autorisé" dans l'UE et en Suisse. En Autriche, la mutagenèse est pratiquée à l'Institut international de l'énergie atomique. Pooja Mathur, responsable de la sélection végétale à l'IAEA Seibersdorf, déclare à l'ORF qu'environ 70 pour cent de toutes les variétés de plantes actuellement inscrites ont été obtenues par mutagénèse. Cette technique est utilisée depuis 100 ans déjà et est considérée comme sûre, car elle n'a jamais fait de mal à personne. Au contraire, la mutagénèse a contribué de manière décisive à la lutte contre la faim dans le monde.

L'édition du génome est beaucoup plus précise

La mutagenèse aléatoire intervient beaucoup plus dans le génome que les nouvelles technologies de sélection. L'édition du génome sans ADN transgénique est une évolution plus douce et plus précise de la mutagénèse classique. Il est ainsi possible de rendre des variétés déjà existantes plus résistantes à la chaleur, aux champignons ou aux parasites grâce à des modifications ciblées et mineures du patrimoine génétique. Les nouvelles technologies de sélection permettent également de transférer des gènes issus du même pool génétique (cisgen = à l'intérieur de la limite de l'espèce), bien plus efficacement que ne le permet la sélection traditionnelle. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Nature ou technique ?

Depuis que l'homme cultive, il modifie l'ADN de ses semences. "Aucune de nos plantes cultivées actuelles ne ressemble de près ou de loin aux plantes sauvages que la nature a produites avant l'homme", déclare Ortrun Mittelsten-Scheid, biologiste moléculaire, Académies autrichiennes des sciences, à l'ORF. Les mutations déclenchées par les nouvelles technologies de sélection sont identiques à celles qui apparaissent par hasard dans la nature. Rien que sur un hectare de champ de blé, 20 milliards de mutations se produisent chaque année par hasard. C'est ce qu'a également expliqué le professeur Detlef Weigel lors du débat swiss-food de mars 2022. Les craintes des opposants en matière de sécurité sont infondées. Les nouvelles technologies de culture sont plus précises que les mutations aléatoires. "Tous les généticiens, scientifiques ou cultivateurs vous le diront", déclare Herrmann Bürstmayr, directeur de l'Institut de sélection végétale BOKU à l'ORF. Pourtant, des labels comme "sans OGM" profitent en Autriche et en Allemagne de l'image prétendument naturelle des aliments. Et gagnent beaucoup d'argent avec le marketing du naturel - le label allemand "Gentechfrei" est apparu sur des produits dont le chiffre d'affaires total s'élèvera à 16 milliards d'euros en 2022.


Les nouvelles technologies de sélection démocratisent la sélection

La concentration du marché est nettement plus élevée pour les semences présentant des caractéristiques génétiquement modifiées que pour les semences sélectionnées de manière conventionnelle. En effet, en raison des coûts élevés de la réglementation, ce marché est presque exclusivement dominé par de grandes multinationales qui peuvent se permettre de payer les coûts exorbitants de l'autorisation et des études de sécurité pour les semences génétiquement modifiées en Europe. Or, ce sont précisément les nouvelles technologies de sélection qui recèlent désormais la possibilité d'être accessibles aux petites entreprises. Les décideurs politiques devraient donc éviter les obstacles réglementaires inutiles à l'accès au marché et faciliter l'octroi efficace de licences de propriété intellectuelle, y compris pour les petites entreprises de sélection.

Les faits concernant le brevetage

Ce qui se produit simplement dans la nature n'est jamais brevetable. De plus, contrairement à ce que l'on entend souvent, aucune espèce ou variété végétale ne peut être brevetée, mais uniquement les inventions techniques créées par l'homme. Dans le cas des plantes, il s'agit de propriétés génétiques nouvelles clairement définies qui ont été produites par des moyens techniques ("en laboratoire") et qui doivent être inventives et uniques par rapport à l'état le plus récent de la technique. Le droit suisse des brevets prévoit en outre une exception pour les obtenteurs, selon laquelle il est également possible de cultiver avec du matériel contenant du matériel protégé par un brevet. Pour la commercialisation d'une nouvelle variété, une licence ne doit être acquise que si la caractéristique protégée par le brevet est utilisée. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Les caractéristiques des plantes obtenues par sélection traditionnelle par croisement et recombinaison (appelées "procédés essentiellement biologiques") ne peuvent plus être brevetées. De même, les propriétés naturelles de plantes sauvages ou de variétés anciennes ne peuvent pas être brevetées (appelées "natural traits"). Les exemples de "scandales" mentionnés par les ONG concernent généralement des brevets déposés avant 2017, lorsque la situation juridique en Europe était encore différente.

Veuillez noter :

Notre équipe éditoriale n'est pas de langue maternelle française. Bien que nous accordons une grande importance à une communication claire et sans faille, parfois nous devons privilégier la rapidité à la perfection. Pour cette raison, ce texte a été traduit à la machine.

Nous nous excusons pour toute erreur de style ou d'orthographe.


Articles similaires

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre
Actualité

Situation précaire pour les cultivateurs de pommes de terre

Les cultivateurs de pommes de terre en Suisse tirent la sonnette d'alarme. En raison de l'abondance des pluies, le mildiou de la pomme de terre se propage et détruit leur récolte. On parle de situations désastreuses ou d'une « année fatidique » pour les pommes de terre suisses. Déjà 300 ha de champs de pommes de terre ont dû être abandonnés - d'autres pourraient suivre. Entre-temps, la Confédération a elle aussi tiré les premières conséquences.

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»
Actualité

«Bio dans notre pays, interdit aux Philippines»

Aux Philippines, Greenpeace a obtenu l'interdiction des aubergines Bt et du Golden Rice. Incroyable : la même bactérie que l'organisation environnementale diffame là-bas comme étant dangereuse est vantée comme étant bio en Suisse.

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»
Actualité

«Des milliers d'enfants pourraient mourir»

L'interdiction du Golden Rice continue de faire des vagues. De plus en plus de scientifiques s'expriment et dénoncent cette décision. Ils vont de "alarmant" à "catastrophe" en passant par "des enfants qui meurent".

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire
Actualité

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire

Le 22 mai 2024, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de révision du droit des brevets. Il est prévu de créer une nouvelle chambre de compensation afin d'améliorer la transparence des brevets dans le domaine de la sélection végétale. Si la transparence est en principe positive, l'approche choisie est problématique. Au lieu d'imposer des obligations aux bénéficiaires, elle impose de nouvelles obligations aux innovateurs et signifie que la Suisse fait cavalier seul. C'est un mauvais signal pour les entreprises innovantes.

Autres contributions dans Actualité