Le blocage des biotechnologies : un coût humain majeur

Le blocage des biotechnologies : un coût humain majeur

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), près de 500 000 enfants dans le monde deviennent aveugles chaque année à cause d'un déficit en vitamine A. Tragiquement, près de la moitié de ces enfants décèdent dans les douze mois qui suivent leur cécité. Ce drame aurait pu être évité depuis longtemps.

mercredi 20 septembre 2023

Une étude parue en 2014 dans la revue «Environment and Development Economics» révélait que l'interdiction du Riz Doré avait déjà coûté 1,4 million d'années de vie humaine. En effet, le Riz Doré, génétiquement modifié pour stimuler la synthèse du bêta-carotène, précurseur de la vitamine A, offre une alternative alimentaire quotidienne et abordable qui pourrait contrer cette carence en vitamine A dans les pays défavorisés. Il tire son nom de sa couleur jaune distinctive. Ce riz a été mis au point il y a 20 ans par le professeur Ingo Potrykus, alors en poste à l'ETH Zurich.


Une forte opposition à sa diffusion

Bien que ce riz représente un avantage significatif pour les populations les plus démunies, pour qui un ou deux bols de riz constituent souvent le repas principal, le Riz Doré a été confronté à de fortes résistances. L'année dernière, un espoir est né aux Philippines : les agriculteurs avaient reçu l'autorisation de cultiver ce riz et avaient même réalisé une première récolte d'environ 70 tonnes. Mais la Cour suprême philippine est revenue sur cette décision à la suite d'une intervention de Greenpeace et d'une association locale, Masipag. Au printemps 2023, le tribunal a décidé de ne donner son feu vert à la culture du Riz Doré que si sa sécurité sanitaire était garantie.


La science en faveur des biotechnologies

De nombreuses études ont déjà attesté de la sécurité de cette variété de riz. Pour appuyer cette position, en 2016, une lettre ouverte signée par plus de cent lauréats du prix Nobel exhortait Greenpeace à mettre fin à sa campagne contre la biotechnologie, et plus spécifiquement contre le Riz Doré. Ces experts invitaient l'organisation à reconnaître les résultats des institutions scientifiques qui ont démontré à plusieurs reprises que les produits issus des biotechnologies étaient aussi sûrs que ceux produits par d'autres méthodes. Leur message était poignant : «Combien de morts faudra-t-il avant de parler de crime contre l'humanité ?». Aujourd'hui, l'avenir du Riz Doré demeure incertain, tant aux Philippines qu'ailleurs

Les chercheurs gardent espoir

L'accès à une alimentation équilibrée, riche en micronutriments, est un luxe inatteignable pour une grande partie de la population mondiale. La biotechnologie se présente alors comme une solution prometteuse. Par exemple, en Afrique de l'Ouest, le manioc, aliment de base, contribue à la couverture des besoins en fer et en zinc, bien que de manière insuffisante. Une équipe de chercheurs du Donald Danforth Plant Science Center à St. Louis, USA, est parvenue à augmenter significativement la teneur en fer du manioc grâce à la biotechnologie. Navreet Bhullar, chargée de cours à l'Institut de biologie végétale moléculaire de l'EPFZ, améliore les plantes alimentaires en ce qui concerne leur teneur en micronutriments. L'équipe de Bhullar a développé des variétés de riz transgéniques qui non seulement enrichissent leurs grains en fer et en zinc, mais produisent également du bêta-carotène, précurseur de la vitamine A. Avec son riz multinutritionnel, le groupe de recherche est à la pointe. «Nous l'avons développé en utilisant le génie génétique classique, car cela n'est pas possible avec la culture conventionnelle», explique la biotechnologue. Bhullar n'a pas encore travaillé avec Crispr/Cas. Mais elle voit justement dans la combinaison de caractéristiques telles que la tolérance à la sécheresse, la résistance aux ravageurs et les micronutriments un grand potentiel pour une agriculture durable, qui pourrait également résoudre des problèmes alimentaires mondiaux. Ces avancées pourraient changer la donne dans la lutte contre la malnutrition. Pour ces chercheurs, il est clair que la biotechnologie peut être une véritable bénédiction pour l'humanité.

Veuillez noter :

Notre équipe éditoriale n'est pas de langue maternelle française. Bien que nous accordons une grande importance à une communication claire et sans faille, parfois nous devons privilégier la rapidité à la perfection. Pour cette raison, ce texte a été traduit à la machine.

Nous nous excusons pour toute erreur de style ou d'orthographe.

Articles similaires

« Naturel ne veut pas toujours dire durable »
Savoir

« Naturel ne veut pas toujours dire durable »

La population mondiale poursuit sa croissance. Pour pouvoir assurer son approvisionnement en aliments sains et durables, nous avons besoin d’aliments améliorés. Or, les consommateurs les perçoivent comme étant « artificiels », et donc « contre nature ». Et leur préfèrent les naturels. Cependant, parmi les aliments que nous consommons tous les jours, rares sont ceux qui sont « d'origine naturelle ». Ils ont été optimisés par l'homme au fil du temps. Mais les produits prétendument « naturels » sont-ils aussi plus sains et plus durables ? Le point sur les aliments améliorés avec les intervenants du dernier Swiss-Food Talk.

La protection de l’innovation éprouvée et la liberté pour les obtenteurs
Brevets Politique

La protection de l’innovation éprouvée et la liberté pour les obtenteurs

Aucun pays européen ne dépose autant de brevets par habitant que la Suisse. La protection par brevets est une condition impérative pour la recherche et le développement, un fondement de la prospérité suisse.

La biotechnologie est d’une grande utilité dans l’agriculture
Nouvelles techniques de sélection végétale Recherche

La biotechnologie est d’une grande utilité dans l’agriculture

Les plantes sélectionnées par des procédés de biotechnologie sont cultivées depuis environ 25 ans en de nombreux endroits du globe. La biotechnologie est d’une grande utilité dans l’agriculture. Plusieurs études attestent de ses effets positifs sur l’environnement, le climat et les rendements agricoles.

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité