«L’eau en Suisse se porte mal.»
Savoir

«L’eau en Suisse se porte mal.»

Le contraire est vrai. Nos eaux de surface, nos eaux souterraines et notre eau potable sont en très bon état. La qualité de l’eau en Suisse est l’une des meilleures du monde. Il est hors de question de dire que la qualité de l’eau en Suisse est mauvaise.

samedi 2 novembre 2019

En bref

  • La qualité sanitaire de l’eau potable en Suisse est bonne.
  • La protection des eaux est un thème prioritaire central dans le Plan d’action du Conseil fédéral visant à la réduction des risques et à l’utilisation durable des produits phytosanitaires.
  • L’agriculture, les autorités et l’industrie travaillent d’arrache-pied pour réduire toujours plus les infiltrations indésirables. La recherche aussi apporte sa contribution grâce à une protection des plantes aussi ciblée et durable que possible.

En Suisse, la protection des eaux bénéficie à juste titre d’une importance très élevée. La qualité de l’eau est surveillée en permanence par un réseau étroit de stations de mesure. Les normes à respecter sont extrêmement strictes. Plusieurs autorités – dont l’OFAG et l’OFEV – qualifient de très bonne la qualité de l’eau potable en Suisse. Selon le rapport 2019 sur l’état des eaux souterraines de l’Observation nationale des eaux souterraines NAQUA, seules 2% des stations de surveillance ne respectaient pas la valeur limite très basse de 0,1 microgramme par litre qui s’applique aux produits phytosanitaires et à leurs produits de dégradation.

La valeur limite ne dit rien du risque

Cette valeur limite n’a toutefois pas été définie sur la base d’études toxicologiques. Elle a été fixée à une époque où des mesures plus précises n’étaient pas possibles. Un dépassement ne signifie de loin pas un risque pour la santé. L’exemple suivant illustre à quel point ces valeurs limites sont strictes: selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments, la dose maximale admise de chlorothalonil est de 0,015 milligramme par kilo de poids corporel par jour. Une personne de 90 kilos devrait boire en un jour 13 500 litres d’eau pour atteindre cette valeur.

La qualité de l’eau laisserait à désirer, croit-on souvent. C’est faux. Les instruments de mesure sont si perfectionnés qu’ils pourraient détecter un carré de sucre dans le lac de Constance. Souvent, on ne mesure que des concentrations très faibles, largement au-dessous des valeurs limites très sévères, des substances polluantes. Dans les médias, les quantités détectées sont présentées à tort comme une dangereuse pollution.

L'éclairage

Une production agroalimentaire durable intégrale et une alimentation saine sont des thèmes complexes qui doivent être contemplés sous différents angles. Les réalités qui dérangent n’ont toutefois souvent pas droit de cité dans le débat public. Nous révélons au grand jour ce que d’autres préfèrent garder dans l’ombre. Et mettons ainsi en lumière les conflits d’intérêt.

Recul des ventes de pesticides

Le public a tort de croire que la qualité de l’eau potable diminue à cause d’un recours accru aux produits phytosanitaires dans l’agriculture. La dernière statistique de vente de la Confédération en apporte la confirmation. La quantité totale de pesticides vendus est en recul depuis des années. Les ventes de produits phytosanitaires qui présentent un profil de risque particulier sont en baisse elles aussi. Dans l’agriculture conventionnelle, les ventes de ces produits ont diminué de 35% en dix ans.

L’utilisation professionnelle, dans les règles de l’art, des produits phytosanitaires, est centrale pour améliorer en continu la qualité de l’eau. L’érosion et le lessivage sont à éviter. Il faut aussi remplir, vider et nettoyer les appareils d’épandage de manière professionnelle. Les agriculteurs peuvent se faire seconder efficacement par les fabricants de produits phytosanitaires.


Eau potable de bonne qualité

La protection des eaux en Suisse est un succès. Les lacs et les rivières sont propres et invitent à la baignade. Nos eaux souterraines aussi se portent très bien. Il est important que la qualité des eaux souterraines en Suisse continue d’assurer des quantités suffisantes et de qualité irréprochable d’eau potable. Les eaux souterraines fournissent 80% de l’eau potable, dont la moitié peut être acheminée dans le réseau sans aucun traitement. Pour les 60% restants, une simple désinfection suffit. C’est un chiffre très élevé en comparaison internationale, dont n’osent même pas rêver de nombreux pays (y compris européens).

Articles similaires

Le premier vaccin à base de plantes contre le coronavirus
Savoir

Le premier vaccin à base de plantes contre le coronavirus

Au bout d’un an de recherche et de développement seulement, les premiers vaccins contre le Sars-Cov-2 ont reçu une autorisation de mise sur le marché. Les vaccins à ARNm sont les plus efficaces. En revanche, leur production est relativement chère et ils doivent être stockés à une température constante de -70° Celsius. Une entreprise canadienne poursuit avec succès une approche alternative: elle utilise des plantes de tabac pour produire le vaccin.

L’alimentation peut-elle être à la fois saine et durable?
Savoir

L’alimentation peut-elle être à la fois saine et durable?

Existe-t-il un menu qui puisse à la fois répondre aux besoins nutritionnels de notre organisme et qui soit durable? La réponse est oui, mais elle est plus complexe. C’est ce que révèlent des recherches menées par le portail en ligne «Heidi.news» et la «Sonntagszeitung».

Une nouvelle vie pour des terres arables inutilisables
Savoir

Une nouvelle vie pour des terres arables inutilisables

Les terres arables fertiles sont des ressources très précieuses. Il est donc essentiel que les terres arables dégénérées redeviennent fertiles. La technologie est là, mais son application nécessite des incitations économiques.

Les insectes : La source de protéines de demain ?
Savoir

Les insectes : La source de protéines de demain ?

Les insectes sont considérés depuis longtemps comme la super nourriture du futur. Ils sont riches en protéines, nécessitent moins de terres et d'eau, et ont un meilleur bilan carbone que la viande traditionnelle.

Autres contributions dans Savoir