Les événements mondiaux exigent des adaptations

Les événements mondiaux exigent des adaptations

Les Suisses souhaitent avoir le plus possible d'aliments locaux dans leur assiette. Un souhait qui est de plus en plus difficile à satisfaire. Ainsi, les agriculteurs ont de plus en plus de mal à protéger leurs récoltes. Il n'est donc pas étonnant que le taux d'auto-approvisionnement soit en chute libre.

mercredi 6 décembre 2023

Lors de la conférence spécialisée "Focus sur l'alimentation" de novembre 2023, des intervenants issus du monde politique, scientifique et économique ont adressé les défis actuels et discuté de la manière dont la Suisse gère les incertitudes mondiales actuelles et assure l'approvisionnement dans le pays.

Commençons par le positif : en Suisse, la disponibilité des denrées alimentaires est une évidence. Les rayons des magasins sont toujours pleins et le choix presque infini. Et pourtant, comme l'ont montré les interventions lors de la conférence, cette évidence est de plus en plus mise sous pression. "Mondialisation - rupture, bouleversement ou renouveau ?" - les incertitudes mondiales et leurs conséquences sur l'approvisionnement de la Suisse étaient donc au centre de la manifestation.

Les propos introductifs de l'ambassadeur Markus Schlagenhof, délégué du Conseil fédéral aux accords commerciaux, ont montré dans quel champ de tensions la politique agricole locale évolue. Ainsi, la population suisse et le Conseil fédéral souhaitent préserver et protéger l'agriculture. La production locale et le paysage culturel sont très appréciés. Selon le moniteur fenaco ville-campagne 2023, auquel Martin Keller de fenaco a fait référence dans son exposé, le taux d'auto-approvisionnement moyen souhaité pour les denrées alimentaires est de 70% - Mais la tendance va dans la direction opposée : . Le taux d'auto-approvisionnement net de l'agriculture suisse est passé de 55 pour cent en 2012 à 45 pour cent en 2021, comme le montre un récent rapport d'Agroscope.

Parallèlement, la Suisse, en tant qu'économie à vocation mondiale, est tributaire d'un commerce aussi libre que possible. Or, les accords de libre-échange sont toujours liés à des questions d'ouverture des marchés. Et la ligne protectionniste de la politique agricole constitue souvent un défi lors des négociations, comme le dit Schlagenhof. Mais il est également clair, selon lui, qu'un approvisionnement sûr ne peut réussir que grâce à une agriculture nationale efficace combinée à des importations de biens agricoles.

Compte tenu des tensions géopolitiques et de l'expérience des pandémies, la population souhaite que le plus grand nombre possible de denrées alimentaires soient produites en Suisse. Mais l'augmentation de la population et la diminution des terres cultivables en font une tâche herculéenne. Sans une utilisation efficace des surfaces disponibles, il est impossible de répondre à ce souhait. Et c'est justement là qu'apparaît l'attitude contradictoire inhérente à de nombreux Suisses et à la politique officielle : on veut que les produits soient produits le plus localement possible et que les terres cultivables soient protégées. En même temps, on a massivement réduit l'utilisation de produits phytosanitaires - sans avoir d'alternatives réalistes sous la main. Une équation qui ne peut pas fonctionner.

Il est évident qu'une agriculture n'est efficace que si elle tire le maximum de produits de qualité des surfaces existantes. Et pour cela, il faut une protection phytosanitaire.

Or, comme le montre Martin Keller de fenaco, les agriculteurs ont de moins en moins de possibilités de protéger leurs propres cultures dans les champs. En se référant au "Rapport de situation sur la protection des végétaux 2023" de l'Union suisse des paysans et à la réponse du Conseil fédéral à l'interpellation 21.3692, il montre à quel point les produits phytosanitaires disponibles ont dramatiquement diminué ces dernières années : Rien qu'entre 2016 et 2021, 67 substances actives et 511 produits ont été retirés du marché. Durant la même période, seules 28 nouvelles substances actives et 252 produits correspondants ont été autorisés sur le marché. En cinq ans, ce sont donc près de 40 substances actives et environ 250 produits qui ont disparu. Il n'est donc pas étonnant que les agriculteurs ne puissent souvent plus protéger suffisamment leurs plantes, et les pertes de production sont déjà une réalité aujourd'hui. Comme l'a montré Markus Hochstrasser, du service phytosanitaire zurichois de Strickhof, lors d'une conférence de presse de l'Union des paysans zurichois début novembre, de plus en plus de cultures ne disposent plus d'une protection efficace, notamment les pommes de terre, les betteraves sucrières, le colza, les fruits, les baies ou la vigne. La productivité dans les champs diminue, le gaspillage alimentaire et les pertes de récolte augmentent lorsque les produits phytosanitaires font défaut, résume Hochstrasser.

Les autorités réagissent de plus en plus avec des autorisations d'urgence, c'est-à-dire des autorisations limitées dans le temps. C'est en fait un constat d'échec. En effet, les demandes de nouvelles homologations de produits phytosanitaires s'accumulent auprès de l'administration compétente. Il est impossible de savoir si l'on agit simplement de manière trop timide et craintive en raison de considérations politiques ou si l'on est tout simplement dépassé par les événements. Ce qui est clair, c'est que cette pratique actuelle d'autorisation menace l'existence des agriculteurs. Et pour le souhait de la population suisse de disposer d'une production nationale substantielle, cette pratique d'autorisation est un clou dans le cercueil.

Hausse des prix et baisse de l'inflation

Une détente se dessine au niveau du taux d'inflation en Suisse et dans la zone euro. Comme le rapporte la SonntagsZeitung, cela ne signifie pas pour autant que les prix des biens de première nécessité baissent. Ils augmentent simplement moins vite. Alors que les économistes poussent un soupir de soulagement, les consommateurs continuent à être confrontés à une hausse des prix. "... si le taux d'inflation baisse, cela signifie tout simplement que les prix continuent d'augmenter, mais plus lentement qu'avant", écrit Armin Müller. Ces dernières années, les prix de l'énergie ont été particulièrement touchés par les hausses de prix, mais les prix des denrées alimentaires ont également augmenté massivement. Ainsi, le café, le beurre et les pâtes ont augmenté d'environ 15 pour cent, le lait et le pain de plus de 10 pour cent.

Veuillez noter :

Notre équipe éditoriale n'est pas de langue maternelle française. Bien que nous accordons une grande importance à une communication claire et sans faille, parfois nous devons privilégier la rapidité à la perfection. Pour cette raison, ce texte a été traduit à la machine.

Nous nous excusons pour toute erreur de style ou d'orthographe.

Articles similaires

Sueur d'angoisse comme appel à l'aide
Actualité Recherche

Sueur d'angoisse comme appel à l'aide

Les plantes vivent dangereusement. Elles sont entourées de prédateurs. Mais elles ne sont pas totalement à la merci. C'est ce que montrent des décennies de recherche. En cas d'attaque, les plantes dégagent par exemple des substances odorantes. Cette découverte pourrait conduire à de nouvelles stratégies de protection des plantes. Il n'est toutefois pas encore certain que cela aboutisse un jour à un produit largement utilisé.

Avec Crispr contre le changement climatique
Actualité Recherche

Avec Crispr contre le changement climatique

Dans le "Tages-Anzeiger", la lauréate du prix Nobel Jennifer Doudna parle des chan-ces et des risques des ciseaux génétiques. Cet outil permet de traiter de manière cib-lée des maladies héréditaires, de cultiver des plantes tolérantes à la sécheresse et de réduire les émissions de gaz à effet de serre des vaches.

Il vaut la peine d'y regarder de plus près
Actualité Recherche

Il vaut la peine d'y regarder de plus près

Les pesticides sont responsables d'une augmentation des tumeurs cérébrales chez les enfants dans le Weinland zurichois et le Seeland bernois, affirmait une étude réalisée il y a trois ans.

La science démontre les avantages concrets des nouvelles méthodes de sélection
Recherche

La science démontre les avantages concrets des nouvelles méthodes de sélection

L'Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT) reconnaît les grandes opportunités offertes par les nouvelles méthodes de sélection. Dans un nouveau dossier, l'Académie présente cinq exemples de plantes cultivées à l'aide de l'édition du génome, qui présentent un fort potentiel pour l'agriculture suisse. Cette publication souligne le consensus scientifique sur l'utilisation des ciseaux génétiques. Les nouvelles méthodes de sélection offrent de nombreux avantages pour l'environnement et l'agriculture.

Autres contributions dans Recherche