Les métaux lourds polluent les sols
Recherche

Les métaux lourds polluent les sols

L’été pluvieux a entraîné des pertes de récoltes considérables en Suisse. Les conditions étaient propices aux maladies fongiques. Les agriculteurs ont essayé de préserver leurs récoltes en recourant à des fongicides. Le cuivre est souvent pulvérisé en Suisse bien qu’étant fabriqué synthétiquement, mais autorisé comme fongicide «naturel» même dans l’agriculture biologique, et du fait que des alternatives synthétiques meilleures soient interdites ou empêchées dans tous les types de culture. Il en résulte des conséquences néfastes pour les sols, comme le montre une étude menée par l’Observatoire national des sols (NABO) sur plus de 30 ans.

lundi 4 octobre 2021

Les pertes dans la culture des pommes de terre ont été particulièrement élevées cette année. Les conditions étaient idéales pour le mildiou. Les viticulteurs se plaignent également de l’été exécrable. Quand leurs vignes ont été épargnées par la grêle, elles ont été victimes du mildiou. En Suisse, le cuivre est souvent pulvérisé pour lutter contre ce champignon.


Absence d’alternatives

Les produits phytosanitaires contenant du cuivre sont utilisés en Suisse depuis la fin du 19e siècle comme fongicides contre les maladies fongiques, notamment dans les cultures permanentes telles que la viticulture et les cultures fruitières, ainsi que dans la culture des pommes de terre. L’agriculture biologique repose exclusivement sur le cuivre dans la lutte contre les maladies fongiques. En tant que moyens de briser la résistance, les produits phytosanitaires contenant du cuivre sont également nécessaires dans la culture conventionnelle. En outre, comme de nombreux nouveaux produits phytopharmaceutiques synthétiques sont bloqués au cours du processus d’autorisation, les plantes doivent être de plus en plus protégées par le cuivre. Une situation qui a des conséquences négatives pour les sols, comme on peut le constater aujourd’hui.


Pollution accrue des sols

Les calculs effectués par l’Observatoire national des sols (NABO) sur plus de 30 ans ont montré une augmentation de la pollution des sols par les métaux lourds. Les flux nets de cuivre les plus importants ont été constatés dans la viticulture. Au cours de la période d’observation comprise entre 1985 et 2017, jusqu’à 30% des parcelles étudiées ont révélé une augmentation des flux nets de cuivre et de zinc. La proportion de parcelles contaminées est en hausse depuis les années 2000.


Bilans de substances par parcelle

L’objectif de l’Observatoire des sols (NABO) est de suivre l’évolution à long terme de la santé et de la fertilité des sols. Sur 46 sites agricoles, des données relatives à la gestion sont collectées en plus de celles concernant les propriétés des sols. Grâce aux données de gestion, les entrées et sorties des métaux lourds tels que le cuivre, le zinc, le cadmium et l’uranium, ainsi que des nutriments comme l’azote, le phosphore et le potassium, ont été calculées à l’échelle des parcelles entre 1985 et 2017.

Articles similaires

Les abeilles mellifères ne sont pas en voie de disparition
Recherche

Les abeilles mellifères ne sont pas en voie de disparition

Depuis une quinzaine d’années, les médias se font l’écho d’une prétendue disparition des abeilles. Les raisons souvent invoquées sont les pesticides et les plantes génétiquement modifiées. Pourtant, de plus en plus d’indices montrent que la population d’abeilles mellifères reste constante dans le monde entier, voire qu’elle augmente.

Changement climatique: des récoltes en baisse dès 2030?
Recherche

Changement climatique: des récoltes en baisse dès 2030?

Le changement climatique a un impact sur la qualité et la quantité des récoltes. Selon une étude publiée récemment, les récoltes de maïs risquent de chuter dès le milieu des années 2030.

Une agriculture productive pour le climat et la biodiversité
Recherche

Une agriculture productive pour le climat et la biodiversité

Beaucoup croient que le bio est bon pour le climat et qu’il favorise la biodiversité. Cette croyance s’avère de plus en plus fausse. L’agriculture bio a besoin de plus de terres, qui ne sont dès lors plus disponibles pour piéger les gaz à effet de serre.

La perception de la naturalité détermine l’acceptation
Recherche

La perception de la naturalité détermine l’acceptation

L’acceptation de produits phytosanitaires synthétiques et de méthodes agricoles basées sur le génie génétique est peu développée. Une étude de l’EPF de Zurich a analysé le phénomène.

Autres contributions dans Recherche