Moins de produits phytosanitaires en 2020, probablement plus en 2021
Savoir

Moins de produits phytosanitaires en 2020, probablement plus en 2021

Les chiffres de la Confédération concernant les ventes de produits phytosanitaires en 2020 dressent un état des lieux contradictoire. Les ventes totales de produits phytosanitaires ont diminué. En 2020, 1930 tonnes s’en sont vendues en Suisse. Par contre, le recours aux produits autorisés en agriculture biologique a augmenté. Or, certains de ces produits peuvent présenter des risques considérables.

jeudi 25 novembre 2021

Comme l’écrit l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG), la quantité totale de produits phytosanitaires vendus s’élevait à 1930 tonnes, ce qui représente une baisse de 23 tonnes par rapport à 2019. «Cinq des dix substances les plus vendues en 2020 (acides gras, bicarbonate de potassium, cuivre, huile de paraffine et souffre) sont autorisées dans l’agriculture biologique.» Elles sont cependant aussi utilisées en agriculture conventionnelle.

Cette statistique met en lumière un fait bien banal: toute forme d’agriculture a besoin des produits phytosanitaires. Qu’elle soit biologique ou conventionnelle. C’est aussi ce que démontre la longue liste des intrants de l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL). Pour garantir les récoltes, les agriculteurs doivent lutter contre les mycoses, les ravageurs et les mauvaises herbes.

La tendance est claire: de plus en plus d’actifs bio et de moins en moins de phytosanitaires conventionnels sont vendus. (Graphique: OFAG)
La tendance est claire: de plus en plus d’actifs bio et de moins en moins de phytosanitaires conventionnels sont vendus. (Graphique: OFAG)

La tendance est claire et s’est maintenue en 2020 (voir graphique). Alors que les quantités de pesticides destinés à l’agriculture conventionnelle ont diminué, les pesticides utilisés aussi bien dans les cultures conventionnelles que dans les cultures bio augmentent. Selon l’OFAG: «Les quantités vendues de produits utilisables en agriculture biologique sont supérieures aux quantités vendues de produits réservés à l’agriculture conventionnelle. Les ventes de produits utilisables en agriculture biologique ont augmenté de 51% depuis 2008, tandis que les ventes de produits réservés à l’agriculture conventionnelle ont diminué de 41% pour la même période.» Pour ce même office, cette tendance peut être liée au recours plus fréquent aux produits utilisables en agriculture biologique par le reste des agriculteurs en lieu et place des autres produits phytosanitaires.


Des produits de synthèse aussi pour le bio

Contrairement à ce que laissent entendre les arguments de marketing des grands distributeurs et de Bio Suisse, l’agriculture biologique recourt elle aussi à des pesticides de synthèse: le cuivre et le souffre sont des composés synthétiques; le souffre et l’huile de paraffine sont des dérivés du pétrole.

Le graphique ci-dessus indique également les substances actives présentant un potentiel de risque particulier (en orange). Les quantités vendues sont restées constantes dans l’ensemble. Cela s’applique en particulier au souffre, un métal lourd qui s’accumule dans le sol, mais autorisé en agriculture biologique. Contrairement à une croyance répandue, les substances utilisées en agriculture biologique ne sont pas forcément sans danger ou inoffensives. Par exemple, le cuivre s’accumule dans les sols. Conséquence? Des terrains pollués. Un exemple est le terrain agricole dans le Weinland zurichois qui est transformé en zone de protection de la nature. Pendant des années, des pommes de terre y ont été cultivées. Conséquence du recours au cuivre, autorisé dans l’agriculture biologique: le sol doit être éliminé dans une décharge spéciale à Weiach.


Produit phytosanitaire toxique pour les abeilles: Demeter renonce, pas le bio

L’insecticide Spinosad est lui aussi autorisé en agriculture biologique. Or, il est dangereux pour les abeilles. Il ne doit pas entrer en contact avec les plantes en fleur ou présentant du miellat (par exemple cultures, ensemencement, adventices, cultures voisines ou haies). Le Spinosad est également très toxique pour les organismes aquatiques et exerce des effets à long terme. Depuis peu, Demeter se montre plus cohérent en la matière que le bio. Au vu du caractère toxique du Spinosad et des risques qu’encourent les insectes, Demeter a décidé il y a quelques jours de renoncer à l’utiliser à l’avenir.

Le fait que Bio Suisse continue d’autoriser le Spinosad est-il un scandale? Cela montre tout simplement que chaque biocide et chaque produit phytosanitaire doit être utilisé selon les indications du fabricant, comme tout médicament ou produit chimique domestique. Le fait que des produits bio comme le Spinosad continuent d’être utilisés est également dû à la pratique d’autorisation de la Suisse. Qu’ils soient bio ou conventionnels, les agriculteurs n’ont d’autre choix que de recourir aux phytosanitaires encore disponibles sur le marché tant que de nombreux phytosanitaires innovants n'auront pas été autorisés pour les deux types d’agriculture.


Le blocage des autorisations freine l’innovation

Le blocage des autorisations entraîne des risques considérables. Si de plus en plus de produits sont retirés du marché, les problèmes de résistance augmentent. Les produits phytosanitaires évitent les pertes de récolte et donc le gaspillage alimentaire dans les champs. Ils contribuent par contre à sauver une partie des récoltes dans les années difficiles, comme en 2021. Il faut donc s’attendre à ce que les quantités de produits phytosanitaires augmentent cette année, en bio comme en conventionnel. Durant l’été pluvieux 2021, les agriculteurs ont dû multiplier les épandages de produits phytosanitaires bio, moins résistants au lessivage. La Confédération annoncera dans un an les répercussions sur les ventes.

Articles similaires

Le premier vaccin à base de plantes contre le coronavirus
Savoir

Le premier vaccin à base de plantes contre le coronavirus

Au bout d’un an de recherche et de développement seulement, les premiers vaccins contre le Sars-Cov-2 ont reçu une autorisation de mise sur le marché. Les vaccins à ARNm sont les plus efficaces. En revanche, leur production est relativement chère et ils doivent être stockés à une température constante de -70° Celsius. Une entreprise canadienne poursuit avec succès une approche alternative: elle utilise des plantes de tabac pour produire le vaccin.

L’alimentation peut-elle être à la fois saine et durable?
Savoir

L’alimentation peut-elle être à la fois saine et durable?

Existe-t-il un menu qui puisse à la fois répondre aux besoins nutritionnels de notre organisme et qui soit durable? La réponse est oui, mais elle est plus complexe. C’est ce que révèlent des recherches menées par le portail en ligne «Heidi.news» et la «Sonntagszeitung».

Une nouvelle vie pour des terres arables inutilisables
Savoir

Une nouvelle vie pour des terres arables inutilisables

Les terres arables fertiles sont des ressources très précieuses. Il est donc essentiel que les terres arables dégénérées redeviennent fertiles. La technologie est là, mais son application nécessite des incitations économiques.

Les insectes : La source de protéines de demain ?
Savoir

Les insectes : La source de protéines de demain ?

Les insectes sont considérés depuis longtemps comme la super nourriture du futur. Ils sont riches en protéines, nécessitent moins de terres et d'eau, et ont un meilleur bilan carbone que la viande traditionnelle.

Autres contributions dans Savoir