Pour les consommateurs, le prix prime sur le label de durabilité

Pour les consommateurs, le prix prime sur le label de durabilité

Lorsqu’ils achètent des produits alimentaires, les consommatrices et les consommateurs suisses sont plus souvent sensibles au prix qu’aux labels de durabilité. L’une des raisons possible est qu’un grand nombre ne connaît pas la signification de ces labels. C’est ce qui ressort d’une enquête de l’association suisse des commerces de détail Swiss Retail Federation.

mardi 11 janvier 2022

La «BauernZeitung» rapporte une enquête représentative réalisée par la Swiss Retail Federation, l’association suisse des commerces de détail, sur le comportement d’achat des consommatrices et des consommateurs suisses. Bien que les achats en ligne aient gagné en importance, 84% des personnes interrogées préfèrent encore faire leurs achats sur place, dans un magasin. 14% achètent en plus en ligne. Seuls 2% des personnes interrogées achètent leurs aliments uniquement en ligne. Lors de l’achat, le prix joue toujours un rôle prépondérant dans le choix du produit.


Le prix prime sur les (obscurs) labels de durabilité

Le label de durabilité d’un produit est plus important que son prix pour seulement un quart des sondés. En effet, 38% ont indiqué que leur décision d’achat reposait sur une combinaison du label et du prix. 37% déclarent que le prix est plus important à leurs yeux qu’un label de durabilité. Pour 13% d’entre eux, la question de la durabilité ne joue aucun rôle lors de l’achat. La «BauernZeitung» constate une certaine sensibilisation des consommateurs sur le thème du gaspillage alimentaire. Les personnes interrogées ont ainsi déclaré acheter des produits dont la durée de conservation est réduite ou présentant de petits défauts, afin qu’ils ne finissent pas à la poubelle. Le regard se porte ensuite sur les labels ou les certifications. Les labels semblent jouir d’un capital confiance élevé: plus d’un quart des personnes interrogées affirment connaître un label, mais ne pas savoir précisément ce qu’il représente. Il serait intéressant de savoir si une plus grande transparence sur les critères des labels de durabilité influence le comportement d’achat.

Des informations produits lacunaires lors des achats en ligne

Le nombre de signalements concernant des produits alimentaires non conformes vendus en ligne augmente. À côté des prestataires sérieux, il existe aussi des vendeurs qui proposent des produits dangereux pour la santé. Les chimistes cantonaux ont réalisé un contrôle à l’échelle nationale sur les denrées alimentaires proposées en ligne. Il a été vérifié dans 323 boutiques en ligne actives en Suisse que toutes les informations nécessaires sur les produits étaient disponibles en ligne. Les informations étaient insuffisantes ou manquantes dans 78% de ces boutiques. Les chimistes cantonaux ont pris des mesures pour combler ces lacunes. Les consommatrices et les consommateurs doivent être informés de manière complète et correcte sur les produits alimentaires, y compris en ligne. La loi sur les denrées alimentaires exige que les informations disponibles en ligne soient les mêmes que celles qui doivent figurer sur l’étiquette. Seuls la date de péremption et le lot de marchandise y font exception. Une règle à suivre: la prudence est de mise lors de l’achat sur Internet de produits provenant d’une source peu sûre.

Articles similaires

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire
Actualité

Chambre de compensation pour les droits de brevet : Pas dans l'intérêt des inventeurs et de la sécurité alimentaire

Le 22 mai 2024, le Conseil fédéral a mis en consultation un projet de révision du droit des brevets. Il est prévu de créer une nouvelle chambre de compensation afin d'améliorer la transparence des brevets dans le domaine de la sélection végétale. Si la transparence est en principe positive, l'approche choisie est problématique. Au lieu d'imposer des obligations aux bénéficiaires, elle impose de nouvelles obligations aux innovateurs et signifie que la Suisse fait cavalier seul. C'est un mauvais signal pour les entreprises innovantes.

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D
Actualité

Une salade de tomates pour lutter contre la carence en vitamine D

Les méthodes modernes de sélection peuvent contribuer à améliorer la santé. C'est pourquoi Bayer souhaite utiliser l'édition du génome pour produire des légumes plus nutritifs. En collaboration avec l'entreprise de biotechnologie sud-coréenne G+FLAS, des variétés de tomates enrichies en vitamine D3 vont être développées. La carence en vitamine D est très répandue et peut entraîner des problèmes de santé tels que le rachitisme ou l'ostéoporose.

Boire de l'eau sans crainte
Actualité

Boire de l'eau sans crainte

La pureté de différentes eaux minérales a été analysée pour l'émission romande de consommateurs « A Bon Entendeur ». Dans certaines d'entre elles, des résidus de produits de dégradation du produit phytosanitaire chlorothalonil ont été trouvés. Selon l'écotoxicologue Nathalie Chèvre de l'Université de Lausanne, il n'y a toutefois pas lieu de s'inquiéter.

Chlorothalonil – communication avec conséquences financières
Actualité

Chlorothalonil – communication avec conséquences financières

Cela s'est passé à Seldwyla. Afin de mieux doser le trafic d'accès à la ville, il a été décidé d'installer des «portiers» sur les axes d'entrée, c'est-à-dire des signaux lumineux qui stoppent le trafic individuel et donc l'accès à la ville au moyen d'un feu rouge lorsque le trafic est bloqué dans la ville elle-même.

Autres contributions dans Actualité