Un hub d’innovation pour la viande de culture

Un hub d’innovation pour la viande de culture

Migros, Bühler et Givaudan créent un hub d’innovation pour la viande de culture. Un site pilote situé à Kemptthal (ZH) travaille au développement et à la commercialisation de «viande de laboratoire». En matière d’impact environnemental, de protection contre le changement climatique et de bien-être animal, ces nouveaux produits détrônent la viande conventionnelle. Le BauernZeitung le confirme.

lundi 25 octobre 2021

Les consommateurs et consommatrices sont de plus en plus sensibles aux questions environnementales. Ainsi, la demande de denrées alimentaires produites dans le respect des ressources est également en constante augmentation. Compte tenu de la croissance démographique mondiale et du besoin croissant de terres pour l’agriculture, les sources alternatives de protéines sont plus demandées que jamais. Migros, Bühler et Givaudan estiment que l’agriculture cellulaire pour la production de viande de culture représente une grande opportunité. Les avantages de ce type de viande sont évidents: il ne nécessite pas d’élevage, pas d’antibiotiques, moins de terres, moins d’eau et aucun animal ne doit être abattu. Les citoyens et citoyennes comprennent de plus en plus les avantages de la viande alternative, affirment les trois entreprises.


Viande durable grâce à la biotechnologie

En créant le nouveau «Cultured Food Innovation Hub», Migros, Bühler et Givaudan souhaitent donner accès aux technologies et aux connaissances et soutenir les start-up sur la voie de la culture de viande, de poisson ou de fruits de mer. Selon un communiqué de presse, des installations devraient être dédiées à la culture cellulaire et à la fermentation de précision. La mise en service du site de production est prévue pour 2022. Dans ce laboratoire, les produits carnés seront cultivés à partir de cellules animales par fermentation. L’objectif est que la viande cultivée ait un goût et une texture identiques à la viande animale. Si cette expérience s’avère positive, les amateurs de viande pourront à l’avenir déguster des steaks et hamburgers en toute bonne conscience. Ainsi, grâce à la biotechnologie moderne, de tout nouveaux domaines d’activité s’ouvrent à l’industrie alimentaire.

Fermentation de précision

En biotechnologie, la fermentation est la transformation de matières organiques à l’aide de micro-organismes tels que des bactéries, des champignons ou des enzymes (ferments). Cela produit de l’acide, du gaz ou de l’alcool. Le processus de fermentation est connu depuis longtemps. Des produits tels que le vin, le fromage, le yaourt, le pain, la bière, le chocolat ou la choucroute sont impensables sans fermentation. Les micro-organismes sont capables de former en grande quantité des substances qui sont difficiles à produire avec des procédés purement chimiques. Avec la fermentation de précision, les bactéries peuvent être utilisées, combinées et programmées de manière ciblée pour affiner le goût des produits ou optimiser leur texture. Les protéines animales peuvent donc également être produites à partir de matières premières végétales dans de grandes cuves, sans tuer d’animaux. La fermentation de précision pourrait être utilisée pour produire un milieu de croissance qui permettrait à la viande de se développer rapidement en laboratoire.

Agriculture nécessitant peu de ressources

L’efficacité des ressources est le fait d’utiliser les ressources naturelles de manière efficace et économique. Elle est définie comme «le rapport entre un avantage ou un résultat donné et les ressources nécessaires pour l’obtenir». Dans la production agricole, l’efficacité des ressources vise à optimiser le rendement des cultures en utilisant le moins possible d’intrants de production (main-d’œuvre, finances, énergie, terre, eau, engrais ou pesticides) et en exerçant le moins de pression possible sur les ressources naturelles (eau, sol, biodiversité, air et climat), tout en obtenant les meilleurs rendements de la meilleure qualité possible.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité