Les prix des fruits augmentent

Les prix des fruits augmentent

Les gelées de printemps et les intempéries des dernières semaines ont entraîné des pertes de récolte parfois considérables chez les agriculteurs européens. Avec, pour conséquence, une hausse des prix des fruits en début d’été. En automne, les prix des légumes pourraient à leur tour augmenter.

mercredi 15 septembre 2021

Comme le rapporte «20 Minutes», les prix de certains fruits ont bondi. Pour les baies et les fruits à noyau notamment, le froid des dernières semaines en Europe centrale était tout, sauf idéal. Pour les abricots, les pêches et les nectarines importés des pays voisins, le renchérissement atteint parfois 17%. Abstraction faite des abricots du Valais, détruits en quasi-totalité à la suite des nuits glaciales du printemps, les fruits suisses restent pour le moment épargnés par ces hausses de prix, écrit «20 Minutes».


Les légumes bientôt aussi plus chers?

Les légumes suisses, pommes de terre en tête, pourraient par contre bientôt aussi se renchérir. La récolte de printemps a certes pu être mise à l’abri. Mais la grêle pourrait fortement endommager les fanes et impacter les tubercules dans le sol. L’humidité forme un terreau idéal pour le mildiou. Dans le quotidien «20 Minutes», l’Union maraîchère suisse annonce que le mauvais temps pourrait bientôt se répercuter sur les prix des légumes.

Bon à savoir

Les pommes de terre aussi se font rares en Suisse. En juillet, la Confédération a relevé de 5000 tonnes le contingent de pommes de terre. Les mauvaises conditions météo des mois d’avril et de mai, associées à une hausse de la consommation des ménages, ont fait diminuer les stocks de pommes de terre. De plus, les tubercules se conservent moins longtemps, car au moment de leur entreposage en automne dernier, leur vieillissement était déjà bien avancé du fait des fortes chaleurs de l’été 2020. Swisspatat espère que la récolte 2021 pourra couvrir la demande. Tout dépendra de la météo à venir et de la situation sur le terrain: le temps chaud et humide favorise le développement des maladies fongiques (en particulier le mildiou) et les infestations par le doryphore de la pomme de terre.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité