Les espèces invasives menacent les plantes indigènes

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes

L'interdépendance économique du monde s'est fortement accrue au cours des dernières années et décennies. En raison de l'activité commerciale intense entre les continents, les espèces végétales et animales invasives se propagent également de plus en plus rapidement. Cela peut entraîner de sérieux problèmes pour la végétation et l'agriculture indigènes. Selon l'OFEV, le canton du Tessin est particulièrement touché.

mercredi 9 août 2023

L'essentiel en bref :

  • En raison de l'interconnexion croissante du commerce mondial, les espèces invasives se répartissent de plus en plus rapidement.
  • Comme elles n'ont guère d'ennemis naturels dans les nouveaux territoires, elles se propagent à une vitesse fulgurante.
  • Les ravageurs invasifs causent parfois des dommages dévastateurs aux cultures agricoles.

Le cynips du châtaignier est un exemple d'insecte invasif. Originaire de Chine, il a été détecté pour la première fois dans le Piémont en 2002. De là, il s'est propagé jusqu'au canton du Tessin. Il y a été découvert pour la première fois en mai 2009. Entre-temps, presque toutes les châtaigneraies du Tessin sont infestées.


Danger pour les marrons du Tessin

La femelle du cynips du châtaignier pond ses œufs dans les bourgeons de branches et de fleurs des châtaigniers. Les larves éclosent au bout d'un mois et passent l'hiver dans les bourgeons sans que personne ne les remarque. Au printemps, les galles voyantes se forment alors sur les pousses, les feuilles et les fleurs. Conséquence : les feuilles se déforment et certaines pousses meurent. Certes, l'attaque n'entraîne que très rarement la mort de l'arbre, mais celui-ci est fortement affaibli. La sensibilité à d'autres maladies augmente et la production de châtaignes diminue drastiquement. Cela a des conséquences extrêmement négatives pour le commerce des marrons au Tessin et au Piémont.

Formation de galles sur les jeunes pousses d'un châtaignier au printemps (photo : OFEV).
Formation de galles sur les jeunes pousses d'un châtaignier au printemps (photo : OFEV).

Des cas de plus en plus fréquents

L'apparition d'espèces exotiques n'est pas nouvelle en Suisse. Mais ces dernières années, les cas se sont multipliés. Le capricorne asiatique et le capricorne des agrumes en sont d'autres exemples. Ils s'attaquent aux feuillus de toutes sortes et les rendent plus vulnérables aux maladies et aux bris de vent. Une autre menace provient de l'arbre divin originaire de Chine - un néophyte dit invasif. Il croît et se multiplie très rapidement, chassant ainsi les plantes indigènes. Il empêche ainsi le rajeunissement naturel des forêts. De plus, plus rien d'autre ne pousse dans l'environnement immédiat d'un arbre divin.


La biodiversité en souffre

L'abeille mellifère indigène est également menacée par une espèce invasive. Depuis 2017, le frelon asiatique est également présent en Suisse. Celui-ci fait la chasse à l'abeille mellifère. Ces derniers temps, les frelons originaires d'Asie du Sud-Est se sont fortement répandus en Suisse. Actuellement, il n'est possible de lutter contre ce fléau qu'en localisant et en éliminant le nid de frelons.


Des récoltes menacées

Le scarabée du Japon est un autre exemple de ravageur invasif. Il a été découvert pour la première fois en Suisse en 2017 au Tessin. En 2023, une population importante a été observée pour la première fois au nord des Alpes, dans le canton de Zurich. Le scarabée du Japon n'est pas très difficile lorsqu'il cherche de la nourriture. Il mange presque tout. C'est aussi ce qui le rend si dangereux pour les récoltes des agriculteurs. Tout comme le scarabée du Japon, la mouche du vinaigre de la cerise est arrivée en Europe depuis l'Asie de l'Est. Elle s'attaque aux cerises, aux baies et aux fruits mous et provoque une pourriture microbienne qui rend les fruits impropres à la vente et à la production d'eau-de-vie. Les agriculteurs ont besoin de produits phytosanitaires pour lutter contre le scolyte du Japon et la mouche du vinaigre de la cerise. Outre les insectes nuisibles invasifs, des maladies virales ou bactériennes se propagent également. Un exemple est la bactérie Xylella fastidiosa (Xf), que l'Office fédéral de l'agriculture considère comme l'une des bactéries les plus dangereuses au monde pour les plantes. Cette bactérie utilise par exemple les oliviers comme plantes hôtes.


Attention en vacances

Les personnes qui reviennent de vacances doivent donc être extrêmement vigilantes quant aux plantes qu'elles ramènent de leur voyage. Depuis 2020, il est donc interdit en Suisse d'importer des plantes en provenance de l'extérieur de l'UE. L'importation n'est possible qu'avec un certificat phytosanitaire spécial. Les autorités veulent ainsi empêcher l'arrivée en Suisse de néobiotes dangereux qui pourraient avoir des conséquences catastrophiques pour la nature et l'agriculture.


Une lutte spécifique à l'espèce est nécessaire

Des stratégies de lutte spécifiques sont nécessaires contre les espèces invasives dangereuses. L'Office fédéral de l'environnement a déjà élaboré un concept en 2011 pour protéger la forêt suisse. Il n'est toutefois pas possible de développer des mesures contre tous les organismes nuisibles en même temps. Pour l'agriculture en particulier, la protection des plantes est extrêmement importante. Environ 40 pour cent des récoltes mondiales sont perdues chaque année à cause de ravageurs et de maladies. Sans produits phytosanitaires, les pertes seraient probablement deux fois plus élevées.

Articles similaires

Les scarabées japonais sont à signaler immédiatement!
Actualité

Les scarabées japonais sont à signaler immédiatement!

Le scarabée japonais menace de se propager en Suisse. Ce ravageur redoutable, arrivé en Suisse il y a quatre ans, a été observé pour la première fois au Tessin.

Les ravageurs invasifs voyagent avec nous
Savoir

Les ravageurs invasifs voyagent avec nous

Les ravageurs et les maladies végétales invasives font partie des plus grands défis pour la biodiversité et l'agriculture. Ils arrivent souvent en Suisse par le biais du trafic touristique ainsi que par l'importation de marchandises et causent d'importants dégâts aux plantes cultivées et sauvages. Depuis 2020, l'importation de plantes en provenance de pays non membres de l'UE est interdite. Les ravageurs introduits sont toutefois un problème mondial.

Le scarabée du Japon, grand voyageur, menace les plantes indigènes
Savoir

Le scarabée du Japon, grand voyageur, menace les plantes indigènes

Le scarabée du Japon a été découvert pour la première fois en Suisse en 2017 au Tessin. Il a désormais atteint le nord des Alpes. Après des découvertes à Bâle-Ville et à Soleure, une population importante de coléoptères a été trouvée pour la première fois à Kloten. Ils sont combattus à l'aide de pièges, mais aussi de produits phytosanitaires.

Les ciseaux moléculaires pour la sélection de nouvelles variétés de pomme
Actualité

Les ciseaux moléculaires pour la sélection de nouvelles variétés de pomme

Dans l’arboriculture fruitière, les ravageurs et les maladies phytosanitaires causent beaucoup de soucis aux producteurs. Dans la pomiculture, en particulier, la sélection de variétés résistantes est essentielle.

Les ravageurs invasifs voyagent avec nous
Savoir

Les ravageurs invasifs voyagent avec nous

Les ravageurs et les maladies végétales invasives font partie des plus grands défis pour la biodiversité et l'agriculture. Ils arrivent souvent en Suisse par le biais du trafic touristique ainsi que par l'importation de marchandises et causent d'importants dégâts aux plantes cultivées et sauvages. Depuis 2020, l'importation de plantes en provenance de pays non membres de l'UE est interdite. Les ravageurs introduits sont toutefois un problème mondial.

Le scarabée du Japon, grand voyageur, menace les plantes indigènes
Savoir

Le scarabée du Japon, grand voyageur, menace les plantes indigènes

Le scarabée du Japon a été découvert pour la première fois en Suisse en 2017 au Tessin. Il a désormais atteint le nord des Alpes. Après des découvertes à Bâle-Ville et à Soleure, une population importante de coléoptères a été trouvée pour la première fois à Kloten. Ils sont combattus à l'aide de pièges, mais aussi de produits phytosanitaires.

Des données aux récoltes - comment la numérisation améliore l'agriculture
Savoir

Des données aux récoltes - comment la numérisation améliore l'agriculture

La numérisation a fait son entrée dans le secteur agroalimentaire. Lors du Swiss-Food Talk du 25 avril 2023, trois experts de l'industrie des machines agricoles, de la culture maraîchère et du journalisme agricole ont discuté de la manière dont la numérisation modifie la production alimentaire. Tous s'accordent à dire que nous sommes en train de passer d'une agriculture industrielle à une agriculture intelligente. Les données et les algorithmes sont utilisés pour fournir un soutien précis, ce qui sert également la durabilité.

« Comment le secteur agroalimentaire peut-il s'adapter à la nouvelle normalité ? »
Savoir

« Comment le secteur agroalimentaire peut-il s'adapter à la nouvelle normalité ? »

Il est temps de dire adieu à la politique agricole millimétrée, estime Hansruedi Häfliger, directeur de Liebegg, face à des multiples crises mondiales. Les familles d’agricultures doivent retrouver la marge de manœuvre nécessaire pour que l'agriculture et l'industrie alimentaire deviennent plus résilientes.

Autres contributions dans Savoir