Afrique : 500 millions de personnes sans un accès sûr à l’eau potable

Afrique : 500 millions de personnes sans un accès sûr à l’eau potable

Environ un tiers de la population africaine ne dispose pas d’un accès sûr à l’eau potable. Selon les Nations Unies, même les régions d’Afrique très riches en eau sont en situation d’insécurité hydrique. Les réserves considérables d’eaux souterraines ne sont guère exploitées. Dans son dernier rapport sur la mise en valeur des ressources en eau, les Nations Unies demandent d’utiliser intelligemment les eaux souterraines.

lundi 27 juin 2022

L’Egypte, le Botswana, le Gabon, l’Île Maurice et la Tunisie sont les cinq pays d’Afrique où la sécurité de l’approvisionnement en eau est la plus élevée. Pourtant, selon les Nations Unies, même dans ces pays, la sécurité hydrique n’atteint qu’un niveau modeste. Les pays d’Afrique les plus vulnérables en la matière sont la Somalie, le Tchad et le Niger.


Meilleure utilisation des eaux souterraines

Dans de nombreux pays, les eaux souterraines jouent un rôle capital pour assurer l’approvisionnement en eau. Pourtant, selon le dernier rapport des Nations Unies, dans de nombreuses régions, les connaissances font défaut, ce qui se traduit par une surexploitation et une gestion non durable des eaux souterraines. Dans de nombreuses régions du globe, en Asie surtout, les eaux souterraines sont exploitées de manière intensive à des fins agricoles. Le niveau de la nappe souterraine en Chine et en Asie du Sud baisse rapidement.

Inversement, le continent africain n’exploite guère ses importantes réserves d’eaux souterraines. Seules 3% des terres cultivées sont équipées de systèmes d’irrigation, dont 5% seulement avec captage des eaux souterraines. Les Nations Unies demandent d’augmenter les investissements dans les infrastructures africaines d’adduction d’eau. Un meilleur accès aux eaux souterraines pourrait contribuer à améliorer la productivité et servir de catalyseur au développement économique.

Nouvelles méthodes de sélection

La pénurie de ressources est l’un des grands défis planétaires. Les événements météorologiques extrêmes se multiplient et les périodes de sécheresse s’allongent. Les technologies innovantes, comme l’obtention de variétés végétales plus tolérantes à la chaleur, de nouveaux produits phytosanitaires et des biostimulants pour aider les plantes à mieux résister au stress abiotique sont autant de moyens dont disposent les agriculteurs pour relever les défis climatiques. La sélection de variétés résilientes doit être accélérée. Voilà pourquoi il est indispensable d’autoriser l’édition génomique.

Articles similaires

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi
Actualité

Les produits phytosanitaires manquent - et bientôt les premières variétés de légumes aussi

Les producteurs de légumes sont actuellement à la peine. La raison en est le manque de produits phytosanitaires. Il est de plus en plus difficile de mettre sur le marché des produits commercialisables. Certains agriculteurs ont même atteint leurs limites au point de devoir arrêter la production de certaines variétés de légumes.

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin
Actualité

Les ravageurs menacent de plus en plus les récoltes de fruits, de baies et de vin

La culture des fruits, des baies et de la vigne est de plus en plus menacée par des ravageurs tels que le coléoptère du Japon, la mineuse tachetée et la mouche méditerranéenne des fruits. Les producteurs tirent la sonnette d'alarme - mais les produits phytosanitaires capables de venir à bout de ces ravageurs font défaut.

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière
Actualité

Un agriculteur bio demande édition du génome pour la culture fruitière

Le nombre élevé de traitements phytosanitaires sollicite fortement les agriculteurs bio. L'un d'entre eux est le producteur de pommes Marco Messerli de Kirchdorf BE. Il a dû traiter 48 fois des variétés de pommes sensibles avec des produits phytosanitaires biologiques. Estimant que c’est trop, il demande désormais l'autorisation de nouvelles méthodes de culture. Les experts donnent raison à l'agriculteur.

Les frites se font rares
Actualité

Les frites se font rares

Les plants de pommes de terre risquent de manquer en 2024. En cas de pénurie de plants de pommes de terre, il ne sera pas possible de récolter les fameuses sources d'hydrates de carbone. Et comme les plants de pommes de terre sont rares dans toute l'Europe, l'importation devient elle aussi difficile. Selon Swisspatat, les variétés à frites sont particulièrement touchées.

Autres contributions dans Actualité