«Le bio se passe de pesticides.»

«Le bio se passe de pesticides.»

Beaucoup croient que les agriculteurs bio travaillent sans pesticides. C’est faux. Environ 60% des dix produits phytosanitaires les plus vendus de Suisse sont aussi autorisés en bio. Sans les produits phytosanitaires modernes de synthèse, l’agriculture bio ne pourrait exister dans sa forme actuelle.

vendredi 1 novembre 2019

En bref

  • Les pesticides peuvent être utilisés comme produits de protection des cultures dans les champs ou comme biocides dans les entrepôts.
  • Plus de 40 % des produits phytosanitaires vendus en Suisse sont également autorisés pour l'agriculture biologique.
  • L'agriculture biologique telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui en Suisse ne pourrait exister sans les produits phytosanitaires modernes de synthèse.

Le terme de pesticide désigne toute substance, d’origine chimique ou biologique, ayant pour but de prévenir ou combattre les maladies (cryptogamiques) ou les ravageurs. Les pesticides peuvent être des produits phytosanitaires utilisés dans les champs ou des biocides employés lors du stockage, du transport et de la transformation des aliments. Dans l’agriculture bio, ces produits ont aussi le droit d’être utilisés, avec des restrictions. Et ils le sont régulièrement. Les cultures spéciales en particulier, des fruits, de la vigne, des légumes et des pommes de terre, ne seraient pas possibles sans l’emploi intensif des produits phytosanitaires, y compris dans l’agriculture bio. Quant à l’hygiène des étables et à la sécurité dans l’industrie agroalimentaire, elles ne seraient pas assurées sans les biocides.

L’agriculture bio telle qu’elle est pratiquée en Suisse ne pourrait exister dans sa forme actuelle sans les produits phytosanitaires modernes de synthèse. Les pesticides utilisés dans le bio ne sont pas non plus inoffensifs. Le cuivre, par exemple, employé dans l’agriculture bio pour combattre les maladies cryptogamiques, s’accumule dans les sols, entraînant des effets toxiques sur les organismes vivant dans le sol et les milieux aquatiques. Certains insecticides autorisés dans le bio sont dangereux pour les abeilles. Une étude d’Agroscope confirme qu’une interdiction des substances à risque toucherait aussi le bio. Que l’agriculture soit bio ou conventionnelle, une chose est certaine: s’ils sont employés conformément aux instructions, les produits phytosanitaires modernes sont sûrs pour l’être humain, les animaux et l’environnement.

L'éclairage

Une production agroalimentaire durable intégrale et une alimentation saine sont des thèmes complexes qui doivent être contemplés sous différents angles. Les réalités qui dérangent n’ont toutefois souvent pas droit de cité dans le débat public. Nous révélons au grand jour ce que d’autres préfèrent garder dans l’ombre. Et mettons ainsi en lumière les conflits d’intérêt.

Les pesticides bio gagnent du terrain

Plus de 40% des produits phytosanitaires vendus en Suisse sont également autorisés en bio. Selon la statistique de vente 2019 des produits phytosanitaires en Suisse, la tendance est en nette hausse. En 2019, sur les cinq produits phytosanitaires les plus vendus, les deux substances actives les plus vendues étaient le soufre et l’huile de paraffine, aussi appliquées dans le bio. Six des dix pesticides les plus vendus sont aussi autorisés en bio.


Le bio aussi mise sur les produits «de synthèse»

L’agriculture bio recourt également à des produits fabriqués par des procédés de synthèse. En effet, ces produits offrent moult avantages, que nous expliquons ici, sur d’autres procédés de fabrication. Ainsi, aucun des sels de cuivre prisés dans l’agriculture bio n’est extrait dans la nature. Ils sont tous fabriqués par des procédés de synthèse. Le soufre et l’huile de paraffine sont deux substances de synthèse obtenues à partir de dérivés du pétrole. Nombre de produits phytosanitaires et de biocides bio contiennent des auxiliaires et des adjuvants de synthèse. Et lorsque les cultures sont gravement menacées, il arrive fréquemment que des produits phytosanitaires supplémentaires soient autorisés à titre provisoire dans le bio pour protéger les récoltes. Durant la canicule de 2018, l’utilisation des substances Azadirachtin et Spinosad a été autorisée en bio pour lutter contre le doryphore de la pomme de terre.

Articles similaires

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais
Savoir

Les produits régionaux sont plus demandés que jamais

La demande en produits régionaux ne pourrait pas être plus grande. C'est ce que montre une nouvelle étude de la Hochschule für Wirtschaft in Zürich. Les consommateurs estiment même que les produits régionaux sont nettement plus durables que les produits bio ou premium.

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique
Savoir

Tomate: de la «bombe à eau» au fruit aromatique

Jamais encore le choix de variétés de tomates n’avait été aussi vaste.

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État :  une proposition qui n’est ni durable, ni rentable
Savoir

Compenser des pertes de récoltes évitables par de l’argent de l’État : une proposition qui n’est ni durable, ni rentable

Une réduction des pesticides dans la culture du blé et du colza diminue sensiblement les rendements. Selon une étude parue dans la revue Recherche agronomique Suisse montre, ces pertes de récoltes ne peuvent être compensées que par des aides étatiques. Cette proposition n’est ni durable, ni rentable.

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes
Savoir

Les espèces invasives menacent les plantes indigènes

L'interdépendance économique du monde s'est fortement accrue au cours des dernières années et décennies. En raison de l'activité commerciale intense entre les continents, les espèces végétales et animales invasives se propagent également de plus en plus rapidement. Cela peut entraîner de sérieux problèmes pour la végétation et l'agriculture indigènes. Selon l'OFEV, le canton du Tessin est particulièrement touché.

Autres contributions dans Savoir