«Le bio se passe de pesticides.»
Savoir

«Le bio se passe de pesticides.»

Beaucoup croient que les agriculteurs bio travaillent sans pesticides. C’est faux. Environ 60% des dix produits phytosanitaires les plus vendus de Suisse sont aussi autorisés en bio. Sans les produits phytosanitaires modernes de synthèse, l’agriculture bio ne pourrait exister dans sa forme actuelle.

vendredi 1 novembre 2019

En bref

  • Les pesticides peuvent être utilisés comme produits de protection des cultures dans les champs ou comme biocides dans les entrepôts.
  • Plus de 40 % des produits phytosanitaires vendus en Suisse sont également autorisés pour l'agriculture biologique.
  • L'agriculture biologique telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui en Suisse ne pourrait exister sans les produits phytosanitaires modernes de synthèse.

Le terme de pesticide désigne toute substance, d’origine chimique ou biologique, ayant pour but de prévenir ou combattre les maladies (cryptogamiques) ou les ravageurs. Les pesticides peuvent être des produits phytosanitaires utilisés dans les champs ou des biocides employés lors du stockage, du transport et de la transformation des aliments. Dans l’agriculture bio, ces produits ont aussi le droit d’être utilisés, avec des restrictions. Et ils le sont régulièrement. Les cultures spéciales en particulier, des fruits, de la vigne, des légumes et des pommes de terre, ne seraient pas possibles sans l’emploi intensif des produits phytosanitaires, y compris dans l’agriculture bio. Quant à l’hygiène des étables et à la sécurité dans l’industrie agroalimentaire, elles ne seraient pas assurées sans les biocides.

L’agriculture bio telle qu’elle est pratiquée en Suisse ne pourrait exister dans sa forme actuelle sans les produits phytosanitaires modernes de synthèse. Les pesticides utilisés dans le bio ne sont pas non plus inoffensifs. Le cuivre, par exemple, employé dans l’agriculture bio pour combattre les maladies cryptogamiques, s’accumule dans les sols, entraînant des effets toxiques sur les organismes vivant dans le sol et les milieux aquatiques. Certains insecticides autorisés dans le bio sont dangereux pour les abeilles. Une étude d’Agroscope confirme qu’une interdiction des substances à risque toucherait aussi le bio. Que l’agriculture soit bio ou conventionnelle, une chose est certaine: s’ils sont employés conformément aux instructions, les produits phytosanitaires modernes sont sûrs pour l’être humain, les animaux et l’environnement.

L'éclairage

Une production agroalimentaire durable intégrale et une alimentation saine sont des thèmes complexes qui doivent être contemplés sous différents angles. Les réalités qui dérangent n’ont toutefois souvent pas droit de cité dans le débat public. Nous révélons au grand jour ce que d’autres préfèrent garder dans l’ombre. Et mettons ainsi en lumière les conflits d’intérêt.

Les pesticides bio gagnent du terrain

Plus de 40% des produits phytosanitaires vendus en Suisse sont également autorisés en bio. Selon la statistique de vente 2019 des produits phytosanitaires en Suisse, la tendance est en nette hausse. En 2019, sur les cinq produits phytosanitaires les plus vendus, les deux substances actives les plus vendues étaient le soufre et l’huile de paraffine, aussi appliquées dans le bio. Six des dix pesticides les plus vendus sont aussi autorisés en bio.


Le bio aussi mise sur les produits «de synthèse»

L’agriculture bio recourt également à des produits fabriqués par des procédés de synthèse. En effet, ces produits offrent moult avantages, que nous expliquons ici, sur d’autres procédés de fabrication. Ainsi, aucun des sels de cuivre prisés dans l’agriculture bio n’est extrait dans la nature. Ils sont tous fabriqués par des procédés de synthèse. Le soufre et l’huile de paraffine sont deux substances de synthèse obtenues à partir de dérivés du pétrole. Nombre de produits phytosanitaires et de biocides bio contiennent des auxiliaires et des adjuvants de synthèse. Et lorsque les cultures sont gravement menacées, il arrive fréquemment que des produits phytosanitaires supplémentaires soient autorisés à titre provisoire dans le bio pour protéger les récoltes. Durant la canicule de 2018, l’utilisation des substances Azadirachtin et Spinosad a été autorisée en bio pour lutter contre le doryphore de la pomme de terre.

Articles similaires

«Biologicals»: les agents biologiques issus de la recherche
Savoir

«Biologicals»: les agents biologiques issus de la recherche

Les produits phytosanitaires modernes doivent être sûrs, ciblés et à courte durée de vie. Ils doivent donc se dégrader peu après avoir atteint leur objectif sans laisser de produits de dégradation biologiquement actifs.

La biotechnologie est d’une grande utilité dans l’agriculture
Savoir

La biotechnologie est d’une grande utilité dans l’agriculture

Les plantes sélectionnées par des procédés de biotechnologie sont cultivées depuis environ 25 ans en de nombreux endroits du globe. La biotechnologie est d’une grande utilité dans l’agriculture. Plusieurs études attestent de ses effets positifs sur l’environnement, le climat et les rendements agricoles.

« Naturel ne veut pas toujours dire durable »
Savoir

« Naturel ne veut pas toujours dire durable »

La population mondiale poursuit sa croissance. Pour pouvoir assurer son approvisionnement en aliments sains et durables, nous avons besoin d’aliments améliorés. Or, les consommateurs les perçoivent comme étant « artificiels », et donc « contre nature ». Et leur préfèrent les naturels. Cependant, parmi les aliments que nous consommons tous les jours, rares sont ceux qui sont « d'origine naturelle ». Ils ont été optimisés par l'homme au fil du temps. Mais les produits prétendument « naturels » sont-ils aussi plus sains et plus durables ? Le point sur les aliments améliorés avec les intervenants du dernier Swiss-Food Talk.

Comment une start-up protège ses inventions
Savoir

Comment une start-up protège ses inventions

Le thème des substituts de viande est sur toutes les langues, en Suisse aussi. Parmi les leaders de ce marché figure la start-up suisse Planted, dont le succès repose, entre autres, sur une protection rigoureuse de la propriété intellectuelle.

Autres contributions dans Savoir