Dix mythes sur la production alimentaire
Savoir

Dix mythes sur la production alimentaire

Pour nombre d’entre nous, la «bonne» alimentation joue un rôle de plus en plus important. Un style de vie sain est devenu un symbole de prestige. Les débats sur les aliments sains et la production durable en sont d’autant plus passionnés et vifs. De nombreux mythes et idées dépassées sont ancrés dans nos têtes. Voici dix mythes, et leur réalité.

vendredi 19 novembre 2021

«Les pesticides deviennent de plus en plus toxiques»

Les nouvelles substances actives doivent passer par un processus d’autorisation strict. Le principe suprême: utilisées correctement, elles ne doivent pas nuire à l’humain ou à l’environnement. Les données à disposition prouvent que les produits phytosanitaires des vingt dernières années sont devenus non seulement plus sûrs, mais aussi plus écologiques. De moins en moins de produits phytosanitaires présentant des risques marqués sont autorisés ou vendus. La toxicité aigüe de ces produits a diminué. En outre, des quantités toujours plus faibles de principes actifs sont nécessaires pour obtenir la même protection. L’affirmation selon laquelle les produits phytosanitaires deviennent de plus en plus toxiques ne correspond pas aux faits. En savoir plus


«Le génie génétique met notre santé en danger»

On entend souvent que les aliments issus du génie génétique ne sont pas sûrs et peuvent avoir des effets néfastes sur la santé humaine et animale. Or, aucun fait ne vient étayer ces affirmations. En l’état actuel de la recherche, la culture de plantes génétiquement modifiées est aussi sûre que les cultures conventionnelles. Aux États-Unis, le fourrage de 95% des neuf milliards de bœufs, porcs et volailles est à base de plantes génétiquement modifiées. De nouveaux procédés permettent aux chercheurs de rendre les plantes plus résistantes contre les maladies et les parasites, mais aussi contre la canicule, l’humidité ou les sols salés. En savoir plus


«Le bio peut nourrir le monde»

Pour produire la même quantité d’aliments, le bio nécessite environ 40% de surface en plus que l’agriculture conventionnelle. À l’avenir, 80% de surface supplémentaire serait nécessaire pour nourrir la population croissante de manière entièrement biologique. Pour que nous disposions des terres nécessaires, d’énormes surfaces de forêts devraient être défrichées au détriment des marais, des forêts et des zones de protection de la nature. La biodiversité se retrouverait encore plus sous pression. Au vu du réchauffement climatique, augmenter les terres arables ne représente pas non plus une option viable. Enfin, avec peu ou pas de rendement, investir de l’énergie, du travail et des matières premières dans la culture n’est pas efficace du point de vue des ressources. Les pertes de récolte entraînent des revenus plus faibles pour les paysans et des prix à la consommation plus élevés, elles ne sont pas écologiques et nuisent au climat. Pour que la population mondiale croissante ait accès à une alimentation saine, une agriculture productive et efficace est essentielle. En savoir plus


«Les pesticides empoisonnent notre nourriture»

Les médias tendent à scandaliser l’opinion à propos des résidus de pesticides. Ils se gardent souvent de mentionner que les quantités mesurées sont bien inférieures aux valeurs qui pourraient avoir un impact sur notre santé. Tout comme le fait que les pesticides permettent de produire des aliments sains pour de larges franges de la population et contribuent donc pour une grande part à la santé humaine. Des marges de sécurité élevées garantissent une consommation sûre. Sans pesticides, il est impossible de combattre de nombreux champignons toxiques, agents pathogènes et mauvaises herbes dangereuses. Les consommateurs peuvent manger des aliments suisses de culture conventionnelle sans avoir à s’inquiéter. Les aliments suisses n’ont jamais été aussi sûrs qu’à notre époque. En savoir plus


«Plus de 200 000 décès par an en raison des pesticides»

Les publications et manifestations contre les entreprises agricoles menant des recherches continuent d’affirmer que le recours aux pesticides cause plus de 200 000 empoisonnements mortels par an. En y regardant de plus près, on constate que ces chiffres sont tirés d’une étude vieille de 35 ans. À l’époque, les suicides par ingestion de pesticides au Sri Lanka ont fait l’objet d’une extrapolation à l’échelle mondiale. Ce chiffre n’étaye aucunement l’affirmation selon laquelle le recours aux pesticides dans l’agriculture cause autant de décès. En savoir plus


«La nature est saine et la chimie est un poison»

Considérer ce qui vient de la nature comme sain et les procédés de synthèse comme des poisons est faux. La nature renferme une grande quantité de substances très toxiques et nombre de substances de synthèses sont sans danger. Par exemple, l’aflatoxine est une mycotoxine très cancérigène. Le recours à des fongicides adaptés permet de prévenir ce risque. L’agriculture biologique se sert du cuivre, un métal lourd, comme fongicide «naturel». Or, le cuivre se concentre dans le sol et a un effet toxique sur les organismes y vivant, comme les vers de terre. La possibilité de produire des substances actives de synthèse a un effet positif sur le monde animal et la biodiversité. En cas de mauvaise utilisation, les métaux lourds «naturels» peuvent s’avérer très nuisibles. En savoir plus


«Les eaux suisses se portent mal»

Les eaux de surface, les eaux souterraines et l’eau potable vont très bien. En comparaison internationale, l’eau suisse est excellente. Il est avéré que notre eau potable est de bonne qualité. La protection des eaux représente un élément essentiel du plan d’action visant à la réduction des risques et à l’utilisation durable des produits phytosanitaires du Conseil fédéral. L’agriculture, les autorités et l’industrie travaillent en continu afin de réduire les éléments indésirables. L’industrie impliquée dans la recherche contribue elle aussi beaucoup à concevoir la protection des plantes de la manière la plus ciblée et durable possible. En savoir plus


«Les pesticides sont la cause de la disparition des insectes»

La disparition des insectes doit être considérée de manière différenciée et a de nombreuses causes. Alors que le nombre d’insectes terrestres diminue de 9% par décennie, les insectes aquatiques, eux, ont vu leur population croître de 11% pendant la même période. Le déclin des insectes terrestres a bien évidemment plusieurs causes, notamment le manque d’espaces vitaux (p. ex. en raison de l’absence de surfaces libres ou de haies), l’imperméabilisation de tout type (p. ex. complexes immobiliers et routes), les substances dans l’environnement (pour le nettoyage et la protection des plantes), l’augmentation des sources lumineuses (p. ex. par l’éclairage constant des rues), l’augmentation du trafic (collisions avec les insectes) ou encore le manque de protection des biotopes (moins de zones humides). En savoir plus


«Les pesticides sont mauvais pour le climat»

Les produits phytosanitaires contribuent à produire plus d’aliments sur une surface utile plus petite. Des rendements plus élevés protègent le sol d’une utilisation encore plus forte, et cela à l’échelle régionale comme mondiale. Les forêts, les marais et les marécages ne sont ainsi pas utilisés à des fins agricoles. Le fait de renoncer à la charrue diminue également les émissions de CO2. Les techniques modernes de semis direct, avec lesquelles on ne laboure pas les champs avant l’ensemencement et qui ménagent donc la structure du sol, ne fonctionneraient pas sans herbicides. Sans travail du sol, l’érosion diminue, les vers de terre et autres habitants des sols sont plus nombreux et l’humus se forme plus rapidement. En savoir plus


«Le bio n’a pas besoin de pesticides»

La croyance selon laquelle les paysans bio n’utilisent pas de pesticides est certes répandue, mais elle est fausse. Les pesticides peuvent être pulvérisés sur les champs en tant que produits phytosanitaires ou servir de biocides dans le cadre du stockage. Quelque 60% des produits phytosanitaires les plus vendus en Suisse sont autorisés dans l’agriculture biologique. Une agriculture biologique telle qu’elle existe aujourd’hui dans notre pays serait impossible sans produits phytosanitaires. En savoir plus

Articles similaires

Moins de produits phytosanitaires en 2020, probablement plus en 2021
Savoir

Moins de produits phytosanitaires en 2020, probablement plus en 2021

Les chiffres de la Confédération concernant les ventes de produits phytosanitaires en 2020 dressent un état des lieux contradictoire. Les ventes totales de produits phytosanitaires ont diminué. En 2020, 1930 tonnes s’en sont vendues en Suisse. Par contre, le recours aux produits autorisés en agriculture biologique a augmenté. Or, certains de ces produits peuvent présenter des risques considérables.

Production: plus de nourriture avec moins de ressources
Savoir

Production: plus de nourriture avec moins de ressources

L’un des plus grands défis de ce siècle sera de nourrir de manière sûre et durable environ dix milliards de personnes. Pour atteindre cet objectif, il faut une agriculture nettement plus productive. Les ressources naturelles telles que les sols et l’eau se raréfient et doivent être protégées.

Environnement: l'utiliser et le protéger
Savoir

Environnement: l'utiliser et le protéger

De nombreuses innovations naissent de l’observation de la nature. Les ressources génétiques servent souvent d’inspiration ou de base pour le développement de nouveaux produits, médicaments et mécanismes d’action. L’agriculture utilise, elle aussi, les cycles naturels, tout en exerçant une influence sur ces derniers. Il est dans l’intérêt des agriculteurs de produire dans le plus grand respect possible de l’environnement.

Sécurité : productivité et confiance
Savoir

Sécurité : productivité et confiance

Pour pouvoir nourrir dix milliards de personnes en 2050, l’agriculture et la recherche devront fournir de gros efforts. La sécurité revêt une grande importance, et ce aussi bien du point de vue de la sécurité alimentaire que du point de vue de la sécurité sanitaire des aliments.

Autres contributions dans Savoir