Des avis
Olaf Deininger

«Un tiers de bio ne résout pas le problème»

Opposer l’agriculture biologique à l’agriculture conventionnelle ne nous mènera nulle part, écrit Olaf Deininger. Il faudrait plutôt investir dans les nouvelles technologies pour passer d’une agriculture industrielle à une agriculture intelligente. Les différences entre agricultures bio et conventionnelle appartiendront alors au passé.

jeudi 3 février 2022

Le ministre allemand de l’Agriculture, Cem Özdemir, a proclamé à plusieurs reprises et plus récemment, dans un communiqué de presse publié cette semaine, que l’agriculture bio devait être le modèle à suivre. Mais M. Özdemir devrait pousser la réflexion un peu plus loin. «Le ministère allemand pour l’alimentation et l’agriculture (BMEL) fait de l’agriculture biologique son modèle pour une agriculture durable. Ainsi, l’agriculture biologique devra représenter 30% de la superficie agricole d’ici 2030» a déclaré le ministre de l’Agriculture cette semaine. Beaucoup considèreront que c’est un pas dans la bonne direction. Les arguments avancés pour justifier cette décision sont bien connus, et pour la plupart pertinents et compréhensibles, notamment en ce qui concerne les conséquences écologiques négatives sur le climat, l’utilisation des ressources et les coûts externalisés. D’autres, en revanche, mettent ce modèle en doute, craignent pour la sécurité alimentaire, redoutent une baisse importante du niveau d’autosuffisance (qui devra alors être compensée par des produits importés plus nocifs pour l’environnement) et déplorent le culte construit autour de la compatibilité écologique (surestimée) de l’agriculture biologique.

Mais peu importe la manière de voir les choses: «Est-ce si clair»? Est-ce vraiment tout noir ou tout blanc? «Plus de bio» contre «Le bio ne sert à rien»? Si l’on veut en finir avec cet éternel débat qui ne mène à rien (et ainsi résoudre les problèmes), il faut poser la question autrement. Elle devrait être: même si l’agriculture biologique est un pas dans la bonne direction, ce pas est-il suffisant? Est-ce que tout est réglé avec le bio? Pour moi, la réponse est non! En effet, l’agriculture bio et l’agriculture conventionnelle ont un point commun: les méthodes utilisées sont principalement des méthodes industrielles et la technique employée est (encore) relativement non intelligente (par exemple lorsque les processus de travail ne sont pas spécifiques aux plantes ou que des cheptels entiers sont traités de la même manière). Tout est géré de manière trop générale. Et c'est précisément là que nous devons intervenir. Il existe d’ores et déjà de nouvelles technologies, pour la plupart numériques, qui permettent de procéder de manière plus précise et d’utiliser les produits phytosanitaires de manière ciblée, de sorte que les agriculteurs n’ont plus qu’à utiliser 10% des quantités employées jusqu’à présent.

Des machines légères, autonomes et fonctionnant à l’énergie solaire rendent les procédés mécaniques à nouveau abordables et rentables. Les systèmes d’intelligence artificielle surveillent le bien-être des animaux, détectent les maladies dès l’élevage et permettent de traiter les animaux plus tôt et de manière préventive – et pas seulement lorsqu’ils ont contaminé la moitié du troupeau.

Nous sommes en train d’assister au passage d’une agriculture industrielle à une agriculture intelligente. Si l’on suit jusqu’au bout cette réflexion, la différence entre l’agriculture biologique et l’agriculture conventionnelle ne sera, dans quelques années, que de l’histoire ancienne. Et c’est précisément dans l’agriculture intelligente que Cem Özdemir devrait investir et il devrait encourager les exploitations à travailler avec ces systèmes. Pour qu'à l’avenir, notre discussion ne porte plus sur l’antagonisme habituel mais que nous visions plutôt à obtenir pour tous une agriculture intelligente, saine et la plus durable possible.

Olaf Deininger est rédacteur en chef des médias agricoles auprès du groupe Deutscher Fachverlag, auteur de livres (Food Code – Wie wir in der digitalen Welt die Kontrolle über unser Essen behalten (Food Code – Comment garder le contrôle de notre alimentation dans le monde numérique)) et expert en solutions numériques. Le journaliste économique possède une longue expérience dans différents postes de direction dans les médias spécialisés et du secteur alimentaire. L’article est paru une première fois le 21 janvier 2022 dans agrarzeitung.

«La durabilité, c’est plus que ça»

Hendrik Varnholt

Hendrik Varnholt

Responsable de la rubrique Industrie chez Lebensmittel Zeitung

«Un tiers de bio ne résout pas le problème»

Olaf Deininger

Olaf Deininger

Rédacteur en chef du développement des médias agricoles

« Les méthodes écologiques seules ne suffiront pas »

Saori Dubourg

Saori Dubourg

« Les méthodes écologiques seules ne suffiront pas »

«La plupart des craintes concernant les pesticides sont infondées»

Michelle Miller

Michelle Miller

Chroniqueuse pour Genetic Literacy Project et AGDaily

Contenu en anglais

«Les pesticides chimiques modernes sont plus que jamais nécessaires»

Jon Parr

Jon Parr

Président de Syngenta Crop Protection

Contenu en anglais

«Qui a peur des méchants OGM ?»

Jürg Vollmer

Jürg Vollmer

Rédacteur en chef du magazine «die grüne»

Contenu en allemand

«Ce que nous apporte la sélection végétale»

Achim Walter

Achim Walter

Professeur de phytotechnie à l’EPFZ

«La place de la recherche et de l'industrie a besoin d'une impulsion»

Jan Lucht

Jan Lucht

Directeur de la biotechnologie chez Scienceindustries

Contenu en allemand

«L’agriculture joue un rôle de pilier»

Jan Grenz

Jan Grenz

Professeur de durabilité, Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires HAFL

«Mieux comprendre les mécanismes d'action de la nature»

Urs Niggli

Urs Niggli

Agronome et président d’Agroecology Science.

Contenu en allemand

«Le public occulte complètement l’aspect quantitatif»

Michael Siegrist

Michael Siegrist

Professeur de comportement des consommateurs, EPF Zurich

«Le bio est-il vraiment plus sain?»

Anna Bozzi

Anna Bozzi

Responsable du domaine Alimentation et secteur agricole chez scienceindustries

«La biotechnologie et la protection de l’environnement vont main dans la main»

Dr. Teresa Koller

Dr. Teresa Koller

Scientifique à l’Institut de biologie végétale et microbiologie de l’Université de Zurich.

«La génération Greta fera table rase des paradigmes.»

Bruno Studer

Bruno Studer

Professeur en sélection végétale moléculaire à l’EPFZ

«Surmonter le fossé ville-campagne avec une politique agricole constructive»

Jürg Vollmer

Jürg Vollmer

Rédacteur en chef du magazine «die grüne»

«Nous protégeons ce que nous exploitons»

Regina Ammann

Regina Ammann

Responsable du développement durable chez Syngenta Suisse

Articles similaires

«Biologicals»: les agents biologiques issus de la recherche
Savoir

«Biologicals»: les agents biologiques issus de la recherche

Les produits phytosanitaires modernes doivent être sûrs, ciblés et à courte durée de vie. Ils doivent donc se dégrader peu après avoir atteint leur objectif sans laisser de produits de dégradation biologiquement actifs.

La biotechnologie est d’une grande utilité dans l’agriculture
Savoir

La biotechnologie est d’une grande utilité dans l’agriculture

Les plantes sélectionnées par des procédés de biotechnologie sont cultivées depuis environ 25 ans en de nombreux endroits du globe. La biotechnologie est d’une grande utilité dans l’agriculture. Plusieurs études attestent de ses effets positifs sur l’environnement, le climat et les rendements agricoles.

Recul dramatique du nombre de produits phytosanitaires autorisés
Actualité

Recul dramatique du nombre de produits phytosanitaires autorisés

La palette de produits phytosanitaires à disposition des agriculteurs suisses se rétrécit de plus en plus. De nombreux principes actifs disparaissent du marché sans que, dans le même temps, la Confédération n’en autorise de nouveaux. L’Union suisse des paysans demande de mettre un terme à la pratique d’homologation actuelle. À défaut, la production d’aliments en Suisse est menacée.

La recherche financée par l’industrie augmente les rendements de cultures importantes
Actualité

La recherche financée par l’industrie augmente les rendements de cultures importantes

Les céréales telles que le riz, le blé et le maïs fournissent une grande partie des calories consommées dans le monde. Les cultures tels que le tef et le manioc ont été négligées jusqu’à présent. Les progrès de la recherche rendent toutefois leur culture plus attrayante. C’est particulièrement important au regard du changement climatique.